Chroniques de la neige et du sang
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Chronique d'une suivante à la cour

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Jeu 4 Jan - 3:12

Invader se hissa haletant sur le toit à l'instant où les trois silhouettes décollèrent. Il dégaina un flingue et tira dans leur direction.

"Hé hé... Fumiers... Les airs c'est mon royaume !"

Il fit déraper son snow et bondit de toit en toit en s'aidant des dunes de neige qui les encombraient. Il se rapprochait d'eux. Il sentit quelque chose toucher son ventre. Il vit son sang couler et ses jambes tomber plus vite que lui. Il était coupé en deux. Son sang rendait visible un fil qui s'était tendu sur sa trajectoire.

La forme sombre ricana en enroulant son fil autour de son poignet.

"Alors mes mignons, vous avez trouvé la petite ?"

L'homme avança d'un pas lourd vers le bord de l'immeuble.

"Le ciel est ton royaume, hum ? Imbécile."


Deux vastes ailes d'acier se déployèrent de son pack dorsal. L'homme décolla.

*Héhé... Ca c'est régner sur les cieux.*

A une vitesse stupéfiante, les trois Kikon Ama furent dans son champ de vision. Il freina et étendit ses fils d'un coup sec. L'un s'enroula autout de la cheville d'Illys, l'autre autour de son cou. La jeune fille poussa un cri perçant qui attira l'attention de Shiro. L'homme tira un coup sec et la jeune fille fut arrachée aux bras du joli prince. Elle tomba. Elle eut très peur. Elle passa très très près du sol. Puis elle remonta. Bien trop vite pour ses tripes manifestement. Elle vomit un bon coup et aterrit dans les bras d'un autre prince, beaucoup moins charmant.
L'homme était vêtu d'une ample robe noire, dont le capuchon était rabattu sur un masque d'acier au faciès insectoïde. Ses mains étaient également gantées de fer, et ses fils, au lieu d'être normalement enroulé autour de son poignet sur leur bobine déroulante enserraient Illys.

Shiro commença à avancer dans sa direction. Il leva la main.

"Non non petit Kikon, ça c'est très stupide. Je contracte le bras droit et ta précieuse petite princesse est coupée en rondelles. A ta place je ne bougerais pas."

L'homme pencha la tête sur Illys.

"Ne t'inquiète pas petite servante. Pour l'instant on a besoin que tu restes en vie. Tu vas voir... Tu vas vite regretter ton petit rat d'égout."


Il plongea vers le sol à toute vitesse et aterrit au premier étage d'un immeuble. Il entra dans le bâtiment en repliant ses ailes et poussa la jeune fille vers un coin sombre.

"Je vais présenter à notre matriarche le seul espoir des Kikon Ama. Je suis sûr qu'elle sera ravie de te torturer longuement."

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chebaï
Adminator
avatar

Nombre de messages : 196
Age : 29
Localisation : Quand on m'cherche, on m'trouve !
Classe sociale : Orphelin des bas-fonds
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Ven 5 Jan - 20:22

illys sortit avec un certain soulagement des égouts. y'avait pas a dire, être à l'air libre, c'était toujours mieux que dans les galeries souterraines...
Elle attrapa le bras de la jeune fille. Enfin, jeune, quand même plus vieille qu'elle (si je me rapelles bien...). Elle eut un sourire désabusé. Elle se sentait beaucoup plus en confiance avec des personnes comme ca, mais cela n'enlevait pas le fait qu'elle se fesait un peu kidnapper par plusieurs clans...d'après ce qu'elle avait pu comprendre, y'avait les beaux platines (les deux femmes présentes en face d'elle ne dérogeaient pas à la règle), et ce...mec.
Elle esperait grandement qu'il n'y avait "personne d'autre sur le coup", parceque sinon, elle allait vraiment commencer a se faire des idées.

Cependant, même beaucoup plus confiante face la Génération platine, fallait pas pousser non plus, elle les connaissait pas. Mais la curiosité savait persuader...Surtout chez elle.
Elle grimaca face au "Apollon". Tu parles, Charles.

****
Illys se sentait relativement mal à l'aise sous le regard percant de yukô. Eh, c'est bon, si elle avait voulu s'échpper elle aurait déja essayé, pas la peine de la fixer comme ca...Elle rougit et se retourna pour écouter plus attentivement la colère du beau platine.
...
Maiis qu'eeeest ce qu'il racoonte !! C'était quoi cette histoire avec Invader (assez intelligente pour comprendre qu'il s'agit de lui)? Elle l'avait quitté sans regrets, fallait pas lui dire mintenant qu'elle allait encore devoir se le coltiner !

Elle rougit sous le compliment du Beau platine et ne trouva aucune invective a répliquer. Autant suivre le mouvement, maintenant... Elle regarda tout de même le snowboard avec une moue. Pas confiance...

Brusquement elle tourna la tête. Comme ca. Moins d'un battement de cil plus tard, elle sentait quelque chose l'enserrer au coup et a la cheville. Elle cria sur le coup. Qu'est ce que c'était !?
Une cascade acrobatique, un vomissement et quelques frayeurs plus tard, elle se retrouva dans les bras d'un insecte, sur quels plans que ce soit.
Elle frémit en sentant l'haleine de son ravisseur sur son visage. Ele essaya de tourner la tête pour voir les autres ravisseurs, mais qui au moins prennient des gants, eux. Elle lanca un regard apeuré au Beau.

*Aidez-moi !* pensa t'elle fortement. Mais aucun son n'arrivait à sortir de ses lèvres en présence de l'Insecte.
-On a besoin-

MAIS QUI ETAIT-CE DONC, CE "ON" !!!??

Elle se tapit dans le recoin d'ombre, tremblant de ce qui pouvait maintenant être de la frayeur, uen vague impression de solitude, et de la fatigue. Le somme dans les égouts ne l'avait pas beaucoup reposée. elle aurait voulu réfléchir, essayer de chercher dans ses souvenirs pourquoi elle paraissait si importante a leurs yeux alors qu'elle n'avait rien, absolument rien de plus qu'une autre, et pourtant c'était bien elle qu'on voulait. Elle aurit voulu comprendre et faire des relations entre les paroles de tous ces gens, mais elle était bien trop fatiguée, effrayée.

Seul les cinq derniers mots de l'insecte lui parvenaient et lui martellaient l'esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Ven 5 Jan - 22:32

Le type avec le masque poussa Illys vers le coin le plus sombre de la pièce, d'où provenait un souffle rauque.

"Voici le dernier espoir des Kikon Ama, matriarche."


Une créature difforme, dont le corps titanesque était couvert de longues pointes et dont le dos était ouvert sur un organisme gélatineux et frétillant s'avança vers la jeune fille en bavant du sang. Elle pencha vers elle un faciès déformé par la rage mais sur lequel se voyaient encore des traces d'une humanité clairement révolue. Cette créature avait été une femme, sans doute même une jolie femme.

Quelques gouttes de sang tombèrent sur le front d'Illys quand la chose ouvrit la bouche, et son haleine de charogne en putréfaction la fit frémir. Même le type au masque recula d'un pas prudent. Puis le monstre parla.

"Je suis Chii-Kan, matriarche suprême des Kikon Seija. Maintenant tu vas me dire pourquoi ces chiens putrides de Ama s'intéressent à toi."


Elle étendit un bras difforme et bien trop long vers une table et sortit d'un tiroir un long scalpel tranchant, qu'elle promena lentement sur la joue de la domestique.

"Je t'assure que tu vas finir par me dire tout ce que je veux savoir..."

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsu
Admin au poisson cru
avatar

Nombre de messages : 476
Age : 30
Localisation : Au dessus de son snowboard
Classe sociale : Miséreux célèbre !
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Ven 5 Jan - 23:26

Shiro n'avait pas commis d'erreurs. Il n'avait aps relâché son étreinte autour de la taille d'Illys. C'était sa taille à elle qui s'était fait la malle. Merde.

D'un même mouvement, les trois Kikon Ama se retournèrement, alerrtés par le hurlement. Shiro n'avait même pas vraiment eu le temps de réaliser qu'il ne tenait plus la domestique. La jeune fillle semblait désormais pendre dans le vide, suspendue au bout d'invisibles filins. Yuki eut une grimace en la voyant vomir, même si celle-ci n'était pas dénuée d'une solide compassion. Bon. C'était qui, ce connard, là-bas ?

Même si Illys n'était pas encore dans ses bras, même s'il était dans une pseudo-ombre et même si les fils invisibles ne permettaient pas de prouver qu'elle était pendue à lui, c'était évident. Même si on ne voyait pas son visage, il émanait de lui un plasma de haine pure.

Pas glop, ce type. Il les aimait pas, c'était clair.

Illys remonta dans les bras du type. Magnez-vous, les Kikon. C'est la dernière avant 7 mois... Shiro amorça un démarrage en puissance, mais, en entendant la domestique gémir, il s'arrêta en dérapant. Le type devait resserrer ses filins...

Les trois Kikon Ama regardèrent avec effroi l'étrange couple pénétrer dans le bâtiment miteux. Merde. Quand on assiège, faut être plus nombreux que ça. Dieu seul savait combien ils étaient de gugusses là-dedans.

Shiro regarda ses deux soeurs et hocha la tête.

Les deux filles prirent impulsion sur rien du tout et s'élancèrent jusqu'aux toits. Là-haut, elles enfilrent leurs demi-masques.

Leur frère les imita, après avoir contourné l'immeuble. Voir sans être vu. Repéré, sûrement, mais vu, non.

_________________
Et bien écoute, je suis un homme, tu es une femme et nous sommes dans une pièce remplie de lits... Je dois te faire un dessin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://any-snow-numbers.actifforum.com
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Lun 8 Jan - 23:25

La créature se pencha encore plus bas vers Illys.

"Alors, où vais-je commencer ?"

Sa main glacée et rapeuse remonta la juppe d'Illys le long de sa jambe. Puis soudainement, elle enfonça le scalpel dans le genou de la jeune fille, qui poussa un hurlement. D'un coup de son large poing, Chii-Kan jeta la domestique au sol. Puis elle se pencha sur elle et replanta sa lame dans le genou de la domestique, moins profondément. Puis elle l'ouvrit sur toute la longueur de la cuisse. Peu profondément mais lentement, et très, très douloureusement, à en juger par ses cris. Chii-Kan frémissait d'aise. Depuis son évasion et sa prise de contrôle des Kikon Seija, torturer était devenu la seule chose qui lui procurait un certain plaisir. Quelques gouttes de sang et de bave tombèrent sur le visage de la jeune fille, depuis la bouche de son bourreau, et une lui coula même dans la bouche.

"Alors, toujours pas envie de me dire ce que je veux entendre ?"

Le hurlement qu'elle poussa contrasta cruellement avec la voix mielleuse qu'elle avait un instant plus tôt.

"Quel rapport as-tu avec les Ama !?"

Elle se tourna soudain, très vite, et son regard impitoyable se tourna vers l'homme au faciès d'insecte, qui se raidit imperceptiblement.

"Tes fils. Il y a des Ama tout près. Ils nous entendent."

Elle saisit Illys par la mâchoire et la présenta au Kikon Seija.

"Enserre-la."


La créature leva la tête et balaya les murs miteux de l'immeuble du regard.

"Ama ! Vous ne pouvez pas me tuer ! Personne ne le peut ! Je suis invncible, Ama ! Mais votre dernier espoir ne l'est pas ! Tous ce qui peut vous nuire m'intéresse, ne le perdez surtout, surtout pas de vue. Cela ne me dérangerait pas beaucoup de la tuer tout de suite, alors vous n'avez vraiment pas intérêt à tenter quoi que ce soit, c'est clair ?"


Le type au faciès d'insecte voletait déjà paisiblement dans la rue, la domestique serrée conte lui, les fils imprimant un pli sur sa peau laiteuse et le sang de sa cuisse coulant sur la cuirasse noire de celui qui la portait.
Chii-Kan eut un rire dément à l'attention des Kikon Ama et déploya du fossé qu'elle arborait dans le dos une vaste paires d'ailes décharnées et ensaglantées, et décolla pour rejoindre son acolyte.
Elle lança vers le bâtiment :

"A moins que l'un de vous ne veule me défier ? Aucune arme ne m'affecte, venez vous battre ! Je mets même votre petite protégée en jeu..."

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*


Dernière édition par le Mar 16 Jan - 0:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chebaï
Adminator
avatar

Nombre de messages : 196
Age : 29
Localisation : Quand on m'cherche, on m'trouve !
Classe sociale : Orphelin des bas-fonds
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Sam 13 Jan - 20:06

o.O I like your imagination, Tigrou, but...


Illys n'arrivait pas a ouvrir la bouche. Rien que voir le "visage" -ça ne pouvait pas s'appeller ainsi, c'était impossible- la fascinait et la terrorisait. Elle avait envie de vomir. Elle aurait bien voulu répondre, répondre qu'elle ne savait rien, rien du tout, que personne ne lui avait rien dit, qu'elle vivait une journée de marde, qu'elle avait peur, qu'elle mourrait de peur, mais aucun son n'arrivait à franchir ses lèvres.
Jusqu'a ce qu'elle sente le métal.

Elle hurla. Bon dieu! Qu'est ce que ca fesait mal! Des larmes perlèrent sur ses joues, qui furent rapidement inondées. C'était impossible d'avoir autant mal. Elle pensait avoir fait l'expérience de la douleur, elle venait de comprendre que ce n'était que la douleur morale. Maintenant c'était physique, et c'était horrible.
Elle se sentit transportée, puis la même impression qu'il y a peu repris ses doigts sur son corps; sur son ventre. Ok, il était en l'air, et elle aurait encore vomi si son ventre n'était déja vide.

Son sang coulait rapidement le long de sa jambe, la fatiguant plus qu'elle ne l'aurait pensé. De plus, le choc psychologique (n'allait pas croire que c'est une petite nature, imaginez vous a sa place...) la rendait pitoyablement faible. Le sang coulait toujours, se répandant sur sa longue jupe (...but UNE JUPE !!! tu veux me faire mourir ou quoi ! C'est ignoble, horrible, inconcevable! une jupe ! XP berk berk ), et au passage sur son transport en commun. Elle préférait éviter de regarder ce qui se passait autour d'elle. Elle aurait vu, un, le vide, et deux, l'insecte -sous tout les aspects- qui la transportait.
Elle ferma les yeux, et sa tête commencait à balloter doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsu
Admin au poisson cru
avatar

Nombre de messages : 476
Age : 30
Localisation : Au dessus de son snowboard
Classe sociale : Miséreux célèbre !
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Mer 24 Jan - 20:37

[Tigrou, j'ai galéré à trouver une idée de solution, alors tu me fous pas tout en l'air. Si ça te plait pas, tant pis, c'est comme ça. Et tu prends pas la trace de Shiro, c'est impossible. Je te le dis maintenant, histoire de faire fuir tous les nouveaux en leur envoyant de psychopathes... Je me doute que tu pines rien alors, lis plutôt le post ^^. Cheby, ton perso se retrouve catapulté avec la paire de Shiro, dans le centre. Mirci, et désolée du temps, je galerai un peu...]


Yuki, aussi impulsive qu'à son habitude, tira une paire de balles dans chaque fils qui retenaient Illys. Ceux-ci se coupèrent net et se contractèrent, comme s'ils étaient vivants. La domestique chuta à nouveau dans le vide. Mais plus rien ne la retenait, cette fois. Les fils, avant de se couper, l'avait estafilé aux jambes et aux bras, et avaient un peu tranché ses vêtements. Mais l'heure n'étiat pas aux considérations vestimentaires. Shiro plongea. Le hurlement du vent à ses oreilles couvraient celui d'Illys. Heureusement, il put la localiser grâce au demi-masque de Yukari, qu'il avait eu la bonne idée de ne pas enlever. Il remonta en piquet juste sous elle, la ratrappant in extremis à moi de trois mètres du sol.

Pendant ce temps, Yukô déforma un peu plus le corps de Chii-Kan. Elle vida son chargeur sur la créature, pendant que sa soeur perforait l'insectoïde de balles explosives (Black Cat for ever ! Que serait Train sans les gadgets de Sven ? Que seraient les Kikon Ama sans les gadgets de Yukari ?). Tandis que Chii-Kan se contentait de se garnir d'encore plus de pointes, l'insecte se perforait petit à petit. Du sang coulait sur son armure. Il expédia de nouveaux fils vers Yuki qui les coupa à coups de shuriken. Du sang perla au bout de ceux-ci. La jeune fille sourit.
Il vint une idée à Yukô. D'une main experte, elle laissa tomber son chargeur qui explosa au sol à quelques centimètres de Shiro, occupé à motiver Illys, puis en fit glisser un autre dans sa crosse. Elle se remit à tirer, en concentrant cette fois-ci ses tirs sur un seul point de la créature. Le coeur. Sa peau s'étirait progressivement, durcissant tout aussi vite, jusqu'à toucher le mur derrière elle. Chi-Kan poussa un hurlement de rire et en un battement d'ailes, elle se retrouva à la hauteur des Kikon Ama. L'insecte tomba au sol et son cadavre vint exploser à une poignée de mètres de celui de feu le chargeur de Yukô, couvrant d'une pluie de sang vermeil les poubelles alentour.

"Alors, petites Ama ? On pense jouer dans la cour des grands ?"

Elle leva à hauteur du visage de Yukô le scalpel qu'elle n'avait pas lâché, encore rouge du sang d'Illys. Soudain, celle-ci bascula en arrière et étala un coup du plat de son snowboard dans le ventre de Chii-Kan, puis, elle lança -en l'exact point où la peau était la plus faible dans l'immense tige épidermique de la créature- un kunaï acéré. Celui-ci, au lieu de perforer la peau comme prévu, ou de l'étirer un peu plus comme on pouvait s'y attendre, resta planté au bout de la pointe, l'hérissant donc de sa lame. Yukô haussa les sourcils et les fronça quasi-instantanément. Quelle merde, ce chamallow ambulant ! Et elle puait en plus.

Yuki, dont le monstre ne se préoccupait pas encore, fit un imperceptible clin d'oeil à sa soeur. Puis, elle amorça un virage et se retrouva dans le dos de Chii-Kan. Là, elle hocha la tête et bascula en arrière, snow en avant. Et sa soeur l'imita. Elles prirent la créature dans un sandwich de snowboards, et, après un simple hochement de tête significatif, elles tapèrent en même temps du pied et électrisèrent le dessous de leurs planches. Elles ne purent s'empêcher d'avoir une pensée pour Yukari. Qu'elle était fabuleuse, cette gosse... Les deux filles terminèrent leur salto.
Le corps de Chii-Kan était parsemé de cloques. Deux piques de chair s'étaient renfoncées dans le dos, mais, bloquées de l'autre côté, s'étaient repliées en une paire de disgracieux bourrelets fleurant la viande carbonisée.
Yuki ne perdit pas de temps en son habituelle pose de Nice Guy (les lecteurs de Naruto veront de quoi je parle. Sinon, imaginez la pose typique du glandu fier de lui, avec le pouce en l'air et l'étincelle sur les dents). A peine redressée de son salto qu'elle se mit à tirer avec ses deux flingues des salves de balles électrisées sur les deux bourrelets. Techniquement, la séquence "brûlage intense" doublée des tirs précédents avaient bien sû sensibiliser la peau. Mais toujours pas. Elle se réétira. Yuki soupira et hocha à nouveau la tête. Elle échangea un regard avec sa soeur, et, alors que Chii-Kan les gratifiaient d'un nouvel éclat de rire et passa son scalpel à proximité du bas-ventre de Yukô, elles se mirent à tirer, chacune d'un côté, au même endroit du corps difforme qui les séparaient.

"Cours !" hurla Shiro à l'attention d'Illys. "Elles sont pas restées là-haut par plaisir ! *du moins pas uniquement* Si tu meures, ça aura servi à rien ! Magne-toi !"

Il l'attrappa par le poignet et la tira. Elle échappa de peu à la chute du macchabé insectoïde qui aurait dû s'écraser sur elle. Sa robe en fut macculée de sang. Elle retint un geste de dégoût et se laissa tirer par Shiro. Celui-ci la poussa dans un recoin sombre. Il la plaqua contre un mur et lui expliqua, haletant :

"Ecoute. TU es primordiale. On est obligé de s'en foutre, du reste. Les filles ont réussi à te récupérer chez ces snowboarders tarés, très bien. Mais là, ça risque d'être moi facile pour elles. Alors si on te perds, et qu'on les perds aussi... Autant dire qu'on est finis. Alors maintenant, comme t'aimera pas être responsable de la mort de huit personnes, tu te speede. Mon snow est mort, donc c'est à pied que ça continue. Mais c'est toujours une course. Alors cours, si tu veux gagner le droit de vivre !"

Shiro tira à nouveau la fille sur la route, sous le piètre couvert des jeux de gouttières. Il jeta un coup d'oeil en arrière. Ils n'avaient pas l'air suivis. Tant mieux. Il continua à courir et quitta les zones désertées. Ils arrivèrent sur le Marché. Shiro rattrappa la main de la domestique et lui cria par dessus la foule :

"Me lâche pas la main ! Il faut qu'on trouve un coin pour se planquer... On doit perdre notre trace. Yuki et Yukô sauront nous retrouver." *Si elles le peuvent...* pensa t-il tristement.

Il tira la jeune fille et l'entraîna, non sans difficultés, hors de la cohue des commerçants, des clients et des miséreux. Il aperçut une ruelle qui semblait parfaitement se prêter au squattage intensif. Evidemment, tous ces apparts devaient déjà être squattés. Mais rien de tel que le squattage de squatts. Ils ont l'avantage du confort et des équipements. Même s'ils coûtent un peu plus cher.

[Donc, Chebynounette, rendez-vous chez Shiro ^^]

[J'espère vous avoir satisfait. Pis sinon, bin tant pis pour vous XD]

_________________
Et bien écoute, je suis un homme, tu es une femme et nous sommes dans une pièce remplie de lits... Je dois te faire un dessin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://any-snow-numbers.actifforum.com
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Mer 24 Jan - 21:23

[hj : Alors là, tu vas morfler...

petit 1 : T'as oublié de préciser que tu téléportais Shiro et Illys dans la section Le Coeur de la Ville, topic Du Travail, Toujours du Travail. Un mauvais point pour toi.

petit 2 : dès le départ, tu sombres dans l'impossible. Couper les fils qui retiennent Illys c'est aussi couper des petits bouts de Illys judicieusement placés. Au cas où t'aies pas compris, j'te refais le dessin : le type la tient serrée contre lui, avec des fils bien tendus qui s'enfoncent déjà dans sa peau. Donc, pas d'espace, pas de longueur de fil tendu où tirer ue balle, d'où : impossibilité.

petit 3 : C'est les tiens que tu surestimes ou les miens que tu sous estimes ? Non j'te dis ça parce que tu massacre mon gars en deux-deux comme si c'était un milicien bas de gamme. Faut rien exagérer ! Même à trois contre un il est pas si faible !

petit 4 : ça fait plus de 10 jours qu'on attend ta réponse ici pour pouvoir engager un épique et esthétique combat aérien et tout ce que tu trouves de mieux à faire c'est de bâcler ça à l'arrache en disant que le plus puissant des cinq protagoniste passe tout son temps à se marrer pendant que son pote se fait buter sans avoir le temps de réagir, tu te fous de ma gueule ???

Conséquemment vu qu'en plus t'as eu l'air de galérer à rédiger ce post, je vais pas te le supprimer en dépit du profond désarroi dans lequel me plonge les incohérences et les déceptions qu'il contient à toutes les lignes, mais alors pour ce qui est de ne pas retrouver la trace de Shiro, compte pas trop là dessus, tu te doutes bien que les Kikon Seija ne sont pas que deux dans la famille.
Donc, comment dire...

Bon allez, pour ne pas être grossier je vais rien dire et enchaîner maintenant avec le post, et j'aime autant te dire que je vais rétablir l'équiilibre, et qu'il faudra pas te plaindre, retour de boomerang comme on dit...]


Chii Kan regarda avec amusement les deux guneuses qui lui tiraient dessus de chaque côté, toutes concentrées sur leur probable volonté de séparer en deux son indestructible corps. Elle vit que Yuki était la plus concentrée des deux, et d'un coup elle se retourna violemment vers elle et lui asséna un terrible coup de poing en pleine tête, qui la fit passer à travers le mur d'à côté. Puis elle prit son envol de ses ailes en lambeaux. Yukô continuait de la canarder, un brin déstabilisée. Chii Kan fondit vers elle, et malgré sa rapidité, la jeune fille ne put esquiver le coup de crocs qui lui déchira l'épaule droite, pas plus que le phénoménal coup de poing qui fit éclater son arcade sourcillière gauche, avant de la faire passer elle aussi à travers un mur.

La créature difforme se retourna et replia ses vastes ailes. Elle regarda Yuki se traîner hors du bâtiment en ruine où elle avait atterri, en se tenant l'épaule et en cherchant en elle la force de tirer. Chii Kan fut sur elle en une seconde et lui asséna un terrible coup de poing dans le ventre, qui au lieu de la catapulter comme il aurait dû le faire, la souleva à peine du sol, pour la laisser retomber, brisée, aux pieds de son ennemie.
De longs tentacules jaillirent de la fosse dorsale de Chii Kan es s'enroulèrent autour du corps de la Kikon Ama, avant de la soulever de terre, serrant si fort qu'elle pouvait déjà sentir ses os sur le point de céder.

Lorsque Yukô sortit du bâtiment, salement amochée, elle n'eut que le temps de voir disparaître sa soeur et la matriarche des Seija au coin d'une rue. Elle se traîna vers la rue en question aussi vite qe possible, mais il n'y avait plus rien.

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsu
Admin au poisson cru
avatar

Nombre de messages : 476
Age : 30
Localisation : Au dessus de son snowboard
Classe sociale : Miséreux célèbre !
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Jeu 25 Jan - 19:06

La foudre tomba du ciel sur Chii Kan qui mourut instantanément. Na.

[C'est vrai quoi. Si tu passes ton temps à jouer que des personnages surhumains, invicibles ou qui se régénèrent automatiquement, et qu'en plus tu contrôle l'histoire à ta guise à travers eux, c'est plus un vrai forum...]

[Je me doute que ce post sera supprimé. Et je pense d'ailleurs aussi que ce week-end, on devrait réécrire les deux précédents ensembles, parce que vraiment, ça se barre en sucette, et si t'es pas atsifait de mon post, je le suis pas non plus du tien. Alors, tu vas l'avoir ton ballet aérien. Et pas qu'un peu !]

_________________
Et bien écoute, je suis un homme, tu es une femme et nous sommes dans une pièce remplie de lits... Je dois te faire un dessin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://any-snow-numbers.actifforum.com
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Ven 26 Jan - 19:33

[voilà qui est bien. Je trouvais tout cela un peu trop éludé, surtout pour ce que j'ai attendu ^^]

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsu
Admin au poisson cru
avatar

Nombre de messages : 476
Age : 30
Localisation : Au dessus de son snowboard
Classe sociale : Miséreux célèbre !
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Ven 26 Jan - 23:27

Yuki, toujours sous le couvert du bâtiment, tira une salve de trois balles explosives (made by Yukari-style ^^) dans la poitrine (?) de Chii-Kan. Sa peau s'étira en un trio de corolles de chair. La Guneuse regarda l'hybride d'un air dégouté. Et ça voulait encore vivre, un truc aussi ignoble ?
La jeune fille lança un hochement de tête en direction de sa soeur, les sourcils froncés.
En parfaite synchronisation (comme d'hab... au poil, les filles ^^), les deux Guneuses décollèrent.

Chii-Kan ricana en sentant les balles exploser contre elle. Puis elle vit les deux filles se précipiter vers elle.
*enfin...*
Et à son tour, au mépris des balles, elle plongea dans leur direction. Elle décocha un coup de poing dans le ventre de Yukô et accompagna son mouvement vers le bas, puis d'un bond rapide se propulsa vers l'arrière, Yukô se retrouvant isolée du combat, et sa soeur un peu seule devant le monstre qui lui faisait face.

Shiro regarda avec horreur l'échec de l'offensive des deux Guneuses. Les nouveaux ornements du torse de Chii-Kan étaient tout bonnement ignobles. Ce corps n'avait plus rien d'humain.
Mais pas la peine de s'appitoyer plus longtemps sur le sort de la pôôôvre créature... Y'avait encore Illys en jeu.
Il décolla à son tour du rebord de la fenêtre. Contournant Chii-Kan avec soin, il se planta face au type insectoïde. Mais pas bien longtemps. Il observa un instant l'ai effaré de la domestique, tira une salve de balles en direction de la tête de l'homme (?) et se réenvola pour se mettre un tant soi peu hors de portée.

Les balles de Shiro n'eurent pas la chance de goûter au chaleureux confort de l'intérieur crânien du type au faciès d'insecte. En effet celui ci se protégea le visage de sa large aile d'acier, et les balles ricochèrent sur la plaque de métal.
L'homme (et oui) esquissa un sourire sous son masque, et tendit sa main droite vers le jeune Ama. Cinq fils en jaillirent, et claquèrent dans l'air autour de Shiro. L'un le frappa au visage, et une goutte de sang jaillit tout doucement de sa joue, retomba dans l'air au ralenti, alors que Shiro regardait le fil qui se couvrait d'une minuscule tâche rouge avec des yeux grands comme des soucoupes et des dents serrées (vous voyez de quelle expression manga horrifiée je veux parler ?).
Puis le type ramena ses fils à lui et serra le poing, levé devant son visage. Sous son masque d'insecte il devait avoir un air de triomphe.

Yuki regarda, impuissante, sa soeur se faire éjecter du "ring". Elle se remit face à la créature, serra les poings autour de ses flingues, fronça les sourcils et plongea à nouveau dans la direction du monstre, en prenant un peu plus soin que sa soeur de rester hors de portée de ses poings. Elle martela de bastos le corps informe de Chii-Kan. Sans plus d'effets que celui de former de nouveaux petits nuages de chair sur sa poitrine.
Mais Yukô ne resta pas isolée du combat longtemps. En un bond (un brin aidée par son snowboard volant, je vous l'accorde), elle fut de nouveau là en soutien pour sa soeur. Elle expédia à nouveau une rafale de cartouches, en plein au pseudo-emplacement du coeur de Chii-Kan. Ses balles abominablement ordinaires se contèrent d'hérisser un peu son corps.
Yukô esquissa une expression crispée et récupéra bien vite son visage innexpressif. Elle laissa tomber d'un mouvement expert son chargeur vide et en réenfonça un nouveau. Cartouches explosives légèrement modifiées. Merci Yukari. Yukô retira une salve de balles sur Chii-Kan. Elles explosèrent à son contact, formant comme les autres des corolles de chair. Mais elles laissèrent couler sur la peau de la créature une substance extrêmement corrosive.

Le corps de Chii-Kan réagit à la substance corrosive en laissant couler un genre de mousse qui solidifia aussitôt, et Chii-Kan elle même réagit à l'aggression en contre attaquant. Elle expédia un grand coup de poing dans la direction de Yukô, mais la jeune fille évita l'attaque. Elle apprenait de ses erreurs...
Chii-Kan se retourna violemment, et son bras s'étendit comme du caoutchouc pour percuter avec une violence phénoménale le visage de Yuki, qui se retrouva précipitée vers le sol.

Shiro ne fit pas exactement la tête horrifiée décrite ci-dessus. Il eut un croisement entre un visage stressé et un sourire malsain. Mélange assez étrange dont seulement peu de gens pourraient décrire la bizarrerie.
Il ne prêta pas attention à la chute de Yuki. Une petite montée de suée tout au plus. Il comptait sur elle. Et Illys comptait sur lui. Du moins, son esprit un brin imbu de lui-même se plaisait à le penser, malgré la situation critique.
Il reporta toute son attention sur l'insectoïde. En un éclair, il analysa les meilleurs endroits où viser. Il repéra une faiblesse au niveau de l'oeil droit. Exeploitable.
Shiro exécuta une série de pirouettes aériennes autour de la tête de l'insecte qui le suivit des yeux. Bien. Shiro sourit. Il descendit brusquement au niveau de l'homme et, toujours sans décrocher le sourire de son visage, il lâcha avec cynisme :
"Il est chouette, ton masque. Mais t'as vu qu'il était un peu..."
Il tira une balle en plein dans l'orbite de l'insecte. La giclée de sang étira son sourire.
"Troué."
L'insecte chuta. Et Illys avec. Mais l'absence de force dans le bras du type la propulsa en avant. Elle aurait dû amortir sa chute. Shiro se précipita en piqué pour la rattrapper. Arrivé à son niveau, il tira deux coups de pistolet dans les fils distendus et se plaça sous Illys pour la rattrapper. Elle tomba entre ses bras à trois mètres du sol. Ils se posèrent à quelques mètres de l'endroit où explosa le cadavre de l'insectoïde, éclaboussant d'un sang vermeil les poubelles alentour.
Shiro remit Illys sur ses pieds.
"Bon. Maintenant, on a grandement intérêt à se dépêcher."
Sur ce, il attrappa son poignet et se mit à courir. Soudain, il s'arrêta brutalement et jeta un regard nerveux à la cuisse de la jeune fille.
"Oups. C'est vrai que j'avais oublié ce détail. Bon. Tant pis."
Il se pencha sur elle et l'attrappa par la taille. Il la souleva et la prit dans ses bras. Puis, en donnant une simple impulsion du pied, il se décolla à cinquante centimètres du sol et fila à travers les ruelles. Il resserra son étreinte autour la taille de la jeune fille lorsqu'ils traversèrent le Marché Permanent. Puis, ils filèrent en direction de nouvelles ruelles, de l'autre côté du marché. Il en aperçut une qui semblait parfaitement se prêter au squattage intensif. Evidemment, tous ces apparts devaient déjà être squattés. Mais rien de tel que le squattage de squatts. Ils ont l'avantage du confort et des équipements. Même s'ils coûtent un peu plus cher.

Yuki redressa tout son corps, histoire de regagner un peu d'applomb. S'écraser contre le sol, c'était pas son trip. Regarder l'insecte exploser, oui, mais elle, déjà moins. Elle regagna l'espace du combat. Après un rapide coup d'oeil, elle remarqua que l'acide n'avait rien fait de plus à Chii-Kan. Merde. Ca s'annonçait plutôt mal.
Yukô regarda intensément sa soeur qui hocha la tête. Elle avait compris. En un coup d'aile (bon, ok, en un coup de snow), elle se retrouva derrière la créature. Yukô commença à tirer sur elle (?) au niveau du coeur. Les balles étirèrent sa peau en une pointe qui surgit sous les yeux de Yuki. Celle-ci tira à son tour une série de balles à l'exacte extrémité de la pointe qui se rétracta. Les deux Guneuses se mirent à tirer exactement en même temps sur la protubérance charnelle.

Chii-Kan ricana intérieurement pendant que les deux fillettes s'acharnaient à tirer au même endroit. Elles pensaient peut-être qu'elle (et oui) allait se perforer ? Puis, lasse de les voir s'acharner pour rien avec des visages crispés et concentrés, elle décocha un violent upercut en pleine mâchoire à Yukô. Elle tenta de l'attrapper d'un coup de crocs par le pied mais rata son coup. Yuki continuait à tirer, mais sa conviction s'amenuisait. Puis Chii-Kan fit jaillir des tentacules de son orifice dorsal, de longs tentacules ondulants, qui s'enroulèrent autour de la jeune fille, la serrant si fort qu'elle pouvait presque sentir ses os se briser sous elle.

Yukô porta la main à sa mâchoire. Un filet de sang coula le long de son menton. Elle l'essuya du revers de la main et releva les yeux, juste assez pour voir sa soeur se faire ensserrer dans les tentacules de la créature. Elle retint un hurlement.
Yuki, par contre, ne retint rien du tout. Elle hurla à plein poumon en sentant, d'abord le contact puis l'étreinte de Chii-Kan. Mais elle essaya de reocuvrer le contrôle d'elle-même. Elle respira un bon coup, autant que le lui permettait sa position et fit tourner son cerveau à plein régime. Elle devait absolument trouver un moyen de se libérer. Sommairement, tout en réfléchissant, elle asséna une série de coups de crosse directs et fulgurants dans le tentacule de Chii-Kan. Evidemment, il en aurait fallu légèrement plus pour la faire désserrer son étreinte. Yukô se mit à tirer dans le tentacule, animée par une sorte de psychose dûe à la panique. Elle ne voulait même pas songer à ce qui arriverait à sa soeur si Chii-Kan l'emportait...

Et Chii-Kan l'emporta. La broyant contre sa poitrine, étonnament calée entre les innombrables épines qui jaillissaient de ladite poitrine, elle plongea entre les bâtiments et, de ruelles en ruelle, semant aisément Yukô. Elle finit par se poser et ranger ses ailes dans le bâtiment en ruines qui servait désormais de demeure familiale aux Kikon Seija. Elle saisit les flingues de Yuki, les broya négligemment de ses grandes paluches et jeta les petits morceaux de ferraille sur le dallage miteux. Puis elle déroula un peu ses tentacules, relâchant un peu son étreinte, et fit avancer Yuki.
"Avance petite Ama. On va causer un peu..."

Yukô suivit des yeux Chii-Kan qui emportait sa soeur d'un air désemparée. Elle était totalement perdue. Perdre Illys lui paraissait une pécadille désormais. Elle avait perdu sa soeur. La jeune fille ne put réprimer ses larmes. Elle regarda la silhouette de Chii-Kan disparaître.
Soudainement, Yukô se resaisit. Non. Fallait pas qu'elle se laisse aller. Elle devait se ressaisir. Elle frappa l'air du pied et repartit. Tant pis pour elle. Elle allait subir les foudres de Shimitsu seule. Sans Shiro. Et sans Yuki.

_________________
Et bien écoute, je suis un homme, tu es une femme et nous sommes dans une pièce remplie de lits... Je dois te faire un dessin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://any-snow-numbers.actifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chronique d'une suivante à la cour
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Any Snow Numbers :: Partie RPG :: Le Japon :: Tokyo-Centre :: Le Marché Permanent-
Sauter vers: