Chroniques de la neige et du sang
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Chronique d'une suivante à la cour

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Chebaï
Adminator
avatar

Nombre de messages : 196
Age : 29
Localisation : Quand on m'cherche, on m'trouve !
Classe sociale : Orphelin des bas-fonds
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Chronique d'une suivante à la cour   Mar 28 Nov - 21:08

Je regardais avec envie les soieries que la plupart des commercants proposaient a Mlle la Comtesse. Soie sauvage, velours, Arame, Slimk, et j'en passe...Couleurs chatoyantes, ternes, ombrées, transparentes...Ils avaient dus se tuer a la tache pour se procurer de pareils bijoux.
Je jetait un regard pour voir ce qu'en pensait ma maitresse. Elle fesait la fine bouche et fesait languir les vendeurs, touchant de ses doigts blanchâtres et filandreux les tissus, l'air intéréssée, puis brusquement méprisante elle se tournait vers un autre commercant, réduisant a néant l'espoir de celui dont elle venait de réduire considérablement la réputation. Mlle la Comtesse, fille de Madame la Comtesse et Monsieur le Comte, était une des personnes qui fesait la loi dans cette partie de la ville. Du haut de ses vingt et un an, cette très belle femme -personne n'oserait la qualifier de jeune fille, ce qui ne lui conviendrait en rien- fesait le tour du marché une a deux fois par semaine, souvent plus lorsque les arrivages étaient rares et précieux.
Je suis sa bonne, comme elle aime m'appeler. Elle n'est pas vraiment méchante, pas vraiment gentille non plus. Elle me respecte avec le respect qu'elle doit a une sous-caste. Elle me traite plutot bien. Lojn d'être choyée et aimée, on ne me bat pas et je m'habille décemment, mangeant a ma faim; je ne manque de rien. Mademoiselle la Comtesse peut cependant être parfois très cruelle. Elle sait qu'elle est belle et n'hésite jamais a se servir de ses atouts naturels, rabaissant sans peine d'autres personnes (homme comme femmes) avec subtilité et méchanceté.

Je suis entrée a son service par la voie du sang; mes parents ont servis Mr et Mme, il est donc logique que je serve Mademoiselle. Il parait que je fais un travail correct. Je ne dois pas perdre un travail aussi important; mes rares amies m'envie.
Bien que Mademoiselle soit jeune, elle s'occupe déja des affaires du monde avec ses parents, et d'une poigne de fer. Suivants, suivantes et domestiques connaissons assez nos maîtres pour savoir sinon les sentiments, leur états d'esprit et leur situation. Nous captons de temps en temps des bribes de conversation. Eux comme nous savent que le peuple s'agite et que plusieurs mouvements distincs de rébellion vont éclater d'ici un court labs de temps. Nous les aidons a préparer des provisions, nous répertorions nos affaires. Ils sont influents; toute révolution est désastreuse pour tout les niveaux.
J'éspère qu'il n'y aura pas de soulèvement. Je connais la situation politique et je ne l'approuve pas; cependant, on nous logent et on nous nourrit; nous ne voulons pas que cela change.

Ma maîtresse s'est finalement décidé pour un tissu clair, qui ondule comme de l'eau dans le léger courant d'air qui nous rafraichit les joues. Elle m'ordonne de payer le commercant et je m'éxecute avec rapidité et respect. Nous avons fini les courses et nous allons, avant de rentrer chez nous, faire le tour du marché pour que Mademoiselle puisse bavarder un peu avec les autres nobles présents; de mon coté, j'éspère voir Noeru et pouvoir lui parler un petit peu, comme me laisse souvent faire Mademoiselle la Comtesse a la fin des achats (c'est aussi une manière de m'éxpédier loin d'ici lorsque se présente fort beau prétendant...)

Je marche depuis cinq bonnes minutes, les bras croisés pour ne pas me laisser avoir par le froid; je ne comprends pas. j'urais déja du voir le stand de Dario depuis longtemps! Ou sont ils donc passé? Dario n'aurait jamais contredit la milice...
Elle faillit approcher un groupe de jeunes des rues mais se retint. Les suivants n'étaient pas très bien vus par le "petit peuple". On les traitait bien souvent de chiens.


Dernière édition par le Sam 2 Déc - 12:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Mar 28 Nov - 23:08

Soudain les détonations claquèrent. La Comtesse était la cible de l'attentat. Cinq hommes, vêtus d'uniformes noirs décorés de têtes de mort jaillirent de cinq rues différentes. Ils criaient. Deux civils furent touchés. Un autre bondit et attrappa l'un des terroristes.

"Maudit bâtard ! On sait que vous bossez pour eux !"

Avant d'être criblé de balles, l'homme put arracher la cagoule du terroriste. La suivante de la Comtesse reconnut le capitaine de la Garde d'Elite du palais présidentiel. Seul les membres de la Cour pouvaient le reocnnaître, et la seule qui était présente ici gisait dans son sang. Mais elle elle l'avait reconnu. Et alors quoi ? Qu'est-ce que ça voulait dire si là c'était des soldats du gouvernement ? Qu'il n'y avait pas de terroristes ? Elle ne comprenait rien.

Les balles fusaient toujours. La Comtesse et ses gardes étaient morts, et les civils tombaient comme des mouches.
C'était un carnage monstrueux. Et c'était les soldats de l'armaient qui le perpétraient.

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chebaï
Adminator
avatar

Nombre de messages : 196
Age : 29
Localisation : Quand on m'cherche, on m'trouve !
Classe sociale : Orphelin des bas-fonds
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Mer 29 Nov - 21:07

hj: Heu, j'ai pas tout compris...=.='''' ma fille a moi, elle s'est fait mouru ("baignant dans son sang") ou pas? Dans le doute, je la fais encore saine de corps et d'esprit...
Au fait, armaient, c'est un nouveau mot? XD (pas touche mon npc, j'en prends la responsabilité entière!)

j: Mon pied traçait des sillons dans la neige. Ne pas voir une de mes meilleurs amies me peinait, mais plus que ca, un mauvais pressentiment me taraudait. Dario était assez influent, il n'avait pu faire faillite et plier bagage aussi rapidement que ca. Alors, pourquoi donc n'était ils plus la? Je me refusais a accepter la plus évidente des réponses, et surement la seule véritable.
Je n'avais pas envie de m'approcher des jeunes de mon age; ils seraient bien capables de me battre par jalousie, et plus véritablement par réaction contre le gouvernement.
Tant pis pour eux.

Soudain les détonations claquèrent.
Je me retournai vivement. Des pétards? Un réglement de comptes entre imbéciles? Je retournai vivement sur mes pas, cherchant Mademoiselle du regard. Je la découvris baignant dans son sang et je criai son nom, mais l'attroupement autour des cadavres m'enpéchait de m'avancer plus. Badauts, famille ou amis des victimes civils, tueurs en repérage, peuple, voleurs...On m'empéchait de rejoindre cette personne que je respectait énormément sans l'aimer, et malgré mes coups de coudes, je n'ava,cait pas d'un mètre. Les balles fusaient toujours, mon travail fini, on me renverrait, il fallait s'abriter.

Le carnage continuait, abreuvant d'une pluie
Nobles comme ennemis, presque mort comme a peine né
Touchant sans peine coupables et innocents
balles d'or comme d'argent, de plomb et de métal

L'heure approchait, minutes tant haïes
Ou voleurs entraînés
Profitant de l'innatention des commercants,
prompt a voler les cargaisons,
apparaissaient en volant...

(eh, c'est l'inspiration de l'artiste qui m'a fait écrire...*tu parles!*)

Elle s'abrita sous un auvent, reculant de la place maintenant marron de sang et de piétinements. Pourquoi donc était-ce le capitaine de la Garde? Un réglement de compte, un revirement soudain? Ce n'était pas logique! Il ne cessait de grimper les échelons de la hiérarchie... Le Gouvernement se débarassait il des personnes emconbrantes en les supprimant avec des méthodes de tueurs a gages? Mais les terroristes exisataient bel et bien, elle le savait...elle en avait fait les frais plusieurs fois.
Alors, était-ce seulement un moyen de supprimer les personnes qui vous sapaient le pouvoir en restant blanc comme neige, imcombant la responsabilité de cet acte aux terroristes de tout poil?
Mademoiselle la Comtesse visait un très grand poste au gouvernement, et ses actions auraient vite ennuyées le Président...
Alors voila la règle des nobles...tuer avant même qu'il y ait besoin!

Elle s'assit dans un angle de mur, évitant les balles avec une grimace. Mais, si ils venaient de tuer la Comtesse, ils tueraient forcément Madame et Monsieur! Et ils n'hésiteraient pas a tuer tout les domestiques pour faire plus d'effet et pour obtenir des renseignements! Il fallait qu'elle se dépèche de rentrer a la Résidence avant qu'il y ait un carnage, un qui ne la ravirait surement pas...

Elle entendit un bruissement en l'air et regarda dans la direction du bruit. Voila les cascadeurs...Dans les moments comme ca, ou les commercants étaient obnubilé par la mort qui rodaient autour d'eux et ne fesait plus attention a rien sauf a la peau de leurs fesses, les voleurs prenait leur pieds: les subtils ou les pas subtils du tout, ils volaient sans avor peur de se faire prendre. Eux, ils avaient pas le choix: ils volaient pas, ils crevaient; ils volaient en ayant une chance de crever: et bien ce n'était qu'une chance, et pas une certitude.
Elle regarda les snowboarders atterirent par terre. La clans des airs, surement...Un des plus habiles a voler sur le marché. Filles et garçons de tout ages, snowboarders exclusivement, avaient finis par se regrouper et instauraient la paranoïa parmis les commercants, les déconcentrants.
Ils chopèrent tout se qui était possible d'attraper en un glissement, évitant les balles avec aisance, ou mourant sous le feu nourri des gardes du palais.
Elle se leva et attrapa au vol un snowboarder d'a peu près son age qui la regarda avec un mélange d'incompréhension et de colère. Elle le regarda dans les yeux et lui mis sous le nez plusieurs pièces.
-Emmène moi la ou je veux et je te paye, mais dépèche toi!

Il fallait a tout pris qu'elle avertisse les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Mer 29 Nov - 21:40

Le snow boarder regarda cette fille. Hum. Domestique. Il la repoussa.

"T'as remarqué que ta patrone est morte ? Si tu veux rentrer chez toi oublie, c'est déjà en feu. Tu sais pas que quand ces fumiers du gouvernement jouent aux terrorsites ils font pas les choses à moitié ? Soit je t'emmène ou JE veux, soit tu dégages. Faut qu'on fasse nos courses, pas le temps de jouer."

Déjà les hommes en noir disparaissaient par les toits. Le chaos était partout. La Comtesse était morte. Ses gardes du corps aussi. Des tas de civils, des passants, des marchands... Un vrai carnage. Et les pillards qui en rajouttaient... Quel massacre. C'était atroce.

Le jeune snow boarder s'apprettait déjà à utiliser un étalage renversé comme pipe pour décoller à nouveau. Pour l'instant il finissait de replir son sac des fruits les moins pourris et les moins verts qu'il trouvait dans la neige.

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chebaï
Adminator
avatar

Nombre de messages : 196
Age : 29
Localisation : Quand on m'cherche, on m'trouve !
Classe sociale : Orphelin des bas-fonds
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Sam 2 Déc - 12:37

La jeune fille regarda le jeune homme avec haine et colère.
Il ne voulait pas l'aider? personne ne le voulait? Soit! Elle irait a pied, ne serait que pour sauver ses compagnons s'il était encore temps, ou pour voir les ruines fumantes de ses propres yeux!
Elle donna un coup de pied dans la neige, pour se venger du snowboarder (évidemment ce ne fut pas une très grande réussite...).

-Jouer? Tu crois donc que la vie n'est qu'un jeu ou certains pions sont plus importants que d'autres? Tu fais pitié!

Elle se rdétourna et réfléchit un court instant. Pour aller a la résidence le plus rapidement a pied, il fallait partir de ce coté la: la rue en pente inondée de neige. Evidemment une des seules qui n'avait pas été ratissée depuis plus de trois jours...

Il fallait éviter les pillards, soit raser les murs. Mais en noir sur fond blanc, le camouflage n'était pas idéal...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsu
Admin au poisson cru
avatar

Nombre de messages : 476
Age : 30
Localisation : Au dessus de son snowboard
Classe sociale : Miséreux célèbre !
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Dim 3 Déc - 18:01

"La vie est un jeu d'échec."

Le jeune homme qui était appuyé contre le mur se pencha. Il était entouré d'un grand manteau-cape à motifs, il portait un corsaire avec des empiècements aux genoux et ses cheveux blancs argentés tombaient en mèches distinctes autour du bandeau qui enserrait son front. Mais le plus étrange chez ce garçon, c'était ses yeux. Ses yeux bleux perçants. La pupille était extrèmement petite, mais un peu allongée, elle ressemblait étrangement à des pupilles de chat.

"Et oui, certaines pièces sont plus importantes que d'autres."

Le jeune homme fit quelques pas vers la servante.

"L'erreur de ce snowboarder écervelé, c'est de croire que toi, tu n'es pas importante..."

Il attrappa le poignet de la domestique. Ses doigts étaient longs et fins, d'une blancheur empreinte de noblesse.

"今日は [kon'nichiha] (bonjour)..."

Il parlait le japonais ancien. Malgré son apparence, il semblait fin, subtil et cultivé. Et surtout, il semblait au courant de pas mal de choses...

"俺 称する[ore shousuru] Shiro (je m'appelle Shiro)"

"相次ぐ 俺 [aitsugu ore] (suis moi)"

Le jeune homme attrappa son snowboard, appuyé au mur, et agraffa ses chaussures. Il amorça sa descente et tendit la main vers la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://any-snow-numbers.actifforum.com
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Dim 3 Déc - 18:17

Le jeune snow boarder vit ce type emmener la fille. Oula... Ca n'allait pas trop comme prévu. Si c'était ce type qui l'emballait, il risquait d'attendre un peu avant de s'en retrouver une... Il bondit en snow, utilisa un étal renversé pour bondir et percuta l'autre homme derrière la tête. Celui-ci tomba en avant et se releva prestement, mais le "jeune snowboarder écervelé" emmenait déjà la jeune fille, glissant à toute vitesse dans la rue encombrée de neige.

"C'est où chez toi ? Guide moi. On regarde l'incendie et après on y va d'accord ? J'veux bien t'emmener là bas mais cerver pour tes beaux yeux, bof bof..."

Le jeune homme se tut et examina la domestique un instant.

"Très très beaux yeux, jolie princesse !"

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chebaï
Adminator
avatar

Nombre de messages : 196
Age : 29
Localisation : Quand on m'cherche, on m'trouve !
Classe sociale : Orphelin des bas-fonds
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Dim 3 Déc - 23:03

Qué ???
C'était qui lui?
Et en plus, il parlait le japonais ancien...(soit le japonais actuel pour nous, non?)

Elle se laissa faire et regarda le jeune homme (jeune, jeune...quel age?) lui attraper le poignet, attendant la suite, même si elle ne savait pas quelle suite. Elle frissona légérement a ce contact: ses longs doigts fins (pourquoi toujours longs et fins?) étaient plus que froid, presques glacials.
Elle fronca les sourcils. Pourquoi aurait elle été plus importante que d'autres? Elle n'avait rien en plus, plutôt en moins!
Complétement captivé par le comportement du jeune homme comme un papillon de nuit attiré par la lumière, elle s'apprétait a attraper la main du -très très- beau jeune homme quand tout a coup ce dernier failli se faire décapiter par un malapris écervelé.

(Mine diùù, mais c'est un rapt!)
La jeune fille ne comprit pas trop ce qu'il s'était passé, les événements s'étant enchainés rapidement. Elle jeta un regard en arrière et croisa les yeux du jeune homme blond platine. Elle eut une moue un peu dégoutée, avec un regard style "excuse-moi". Elle se retourna pour ne pas déséquilibrer son transporteur: il accepait de l'amener, c'était tout ce qui comptait pour elle. Tant pis pour le mec mystérieux.
Elle dégagea un de ses bras du torse du snowboarder (c'est vraiment possible de châler quelqu'un, en snow?) et pointa un doigt en direction de la rue enneigée: si elle devait passer par la à pied, il pourrait aussi facilement emprunter cette rue en snow.

-Passe par la. Ensuite, tu tourne a gauche, tu passes deux rues, et tu tournes à droite. Après on verra.

Elle sursauta. Pourquoi donc, d'un coup, deux personnes s'intéréssait a elle? Elle la domestique, toujours habillée en noir, qu'on ne remarque pas. cette journée était bien trop remplie...Elle éspérait qu'il n'y aurait pas d'autre morts de son coté...Cela pourrait paraître ignoble d'être peu sensible à la possible mort de personnes chères, mais elle savait depuis toute petite que l'on mourrait un jour, et ses amis relativisait eux aussi ce passage important de la vie; de plus, que pouvait il y avoir de pire après la mort que la vie de "chiens" qu'ils menaient en ce moment? Et encore, ils vivaient bien par rapport a d'autres personnes...
Elle baissa les yeux et rougit. Des beaux yeux? C'est pas en disant ca qu'elle allait le payer plus cher! Néammoins, elle voulait y croire, juste un petit peu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsu
Admin au poisson cru
avatar

Nombre de messages : 476
Age : 30
Localisation : Au dessus de son snowboard
Classe sociale : Miséreux célèbre !
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Dim 3 Déc - 23:34

[j'adore ta dernière phrase *o* kyûûû ! Shiro est effectivement un jeune homme, aux doigts longs et fins pour coller au perso et au statut...]



Shiro ne s'écroula pas. Il bascula avec une élégance étrange et se rattrappa sur les bras en une pose féline. Il se releva d'un bond.

La jeune fille avait disparu. Alors, d'autres personnes étaient déjà au courant ?... Non, impossible. Les Kikon Ama avaient férocement gardés le secret. Personne d'autres ne pouvait être au courant, et ce jeune labrador écervelé était juste un perturbateur qui tombait mal.

Shiro utilisa le pipe de fortune du gamin et décolla. Il se dégageait de son saut une sensation étrange. Un peu comme s'il lévitait.


* *

Le jeune canidé susnommé parcourait les rues à vitesse grand V. Bonne excuse pour serrer un peu plus fort contre lui la jeune domestique fort bien dotée occulairement parlant. Mais soudain, au détour d'une rue, il aperçut une silhouette, postée bien en travers du chemin. Puis un choc sur sa poitrine. Il fut déséquilibré. La ruelle était trop étroite, et pas assez longue pour qu'il s'arrête. Il tenta tout de même un dérapage et se vautra dans un tas de neige et d'immondices. La domestique (qu'il faudrait que tu songes à baptiser... si tu le fais pas, je m'en occupe, je suis sensé savoir des trucs sur elle...) se retrouva cul par dessus tête, renversée dans la neige puante et grisâtre.

"Alors, jeune coq, même plus capable de freiner correctement...?"

Shiro sortit de l'ombre, bras croisés, la tête légèrement penchée vers le bas, un sourire narquois étirant ses fines lèvres pâles.

"Sanada-baka"

Il s'approcha de la domestique et lui tendit un bras pour l'aider à se relever. Elle l'accepta (désolée de vous faire autant jouer mais c'est nécessaire ^^"') et se débarassa des restes de flocons puants.

Le jeune homme, lui, était sous le choc. Personne ne connaissait son nom... Invader, c'était comme ça qu'il se faisait appeller. Il n'était même pas sûr que ses meilleurs amis sachent qu'il avait un prénom. C'était qui ce type ?

Shiro s'approcha de Sanada et le remit sur ses pieds d'une poigne de fer.

"Je me doute bien que tu ne rêves que d'une chose. Emballer cette jeune fille. Je suis prêt à te la rendre une fois que j'aurai résolu un certain problème... Je ne la toucherai pas, ne t'inquiète pas."

Shiro voulut continuer mais le garçon était déjà en train de courir dans la rue, snow sous le bras, gamine à la main.
Son visage se fendit en un sourire conquérant. Il avait du répondant, ce crétin. Un répondant faiblard et urbain, mais du répondant tout de même.
Shiro agraffa à nouveau ses chaussures à son snow et et redémarra. Sans pipe, sans support, sans rien. Ce détail ne l'empêcha pas de démarrer au quart de tour à la poursuite du gamin.
Il le rattrappa et se cala sur son ryhtme de course.

"Je veux bien que tu te comporte en parfait crétin, mais n'oblige pas cette jeune fille à courir."

Sanada poussa brusquement l'étrange garçon et fit un dérapage contrôlé pour changer de direction à un croisement.

Shiro ébouriffa ses cheveux et soupira. D'accord. Deuxième technique alors. Il lui fallait cette fille.



Et ce gamin pouvait ne pas être inintéressant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://any-snow-numbers.actifforum.com
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Lun 4 Déc - 1:21

"Invader !!! Emmène là où tu veux on s'occuppe de lui !!!"

Trois silhouettes se découpèrent sur le ciel bleu, et les snowboarders atterrirent autour du type mystérieux. Un des trois avait un flingue, un autre une hache. Leurs armes étaient braquées vers le type qui, de fait ne pouvait plus avancer.

"Salut, mec, laisse moi t'expliquer la situation. Invader et nous on est membres du gang volant. En snow on est inbattables, et s'il s'avère qu'on a de la concurrence un peu trop sérieuse, on s'arrange pour qu'elle le soit un peu moins tu piges ? Et là je sais pas ce que tu veux à Invader, mais tu peux laisser tomber. C'est clair ? Tu bouges t'es mort."

Le troisième snowboarder qui avait parlé écarta un pan de sa veste d'aviateur, dévoilant une paire de flingue, et il en dégaina un qu'il pointa droit entre les deux yeux du type mystérieux.

"C'est clair ??"


***


Invader avait profité du répit offert par ses amis pour se remettre sur son snow, prendre dans ses bras la jolie domestique et partir en trombe.

"Désolé princesse, ça fait un peu intime ma façon de te porter, mais à deux debout ça ralentit trop."

Ils débouchèrent devant une vaste demeure en flammes. Des hommes s'affairaient à éteindre l'incendie. Et à ramasser des cadavres, calcinés où blessés par balles.

"Tu vois princesse, j'te l'avais bien dit..."

Soudain il ressentit comme un malaise indéfinissable. Il tourna la tête. Le type mystérieux descndait la rue à toute vitesse, semblant voler un peu au dessus de la neige.
Il ne savait pas comment ce mec avait pu se débarrasser de Léo, Fack et Entrax mais quelque chose lui disait que le gang avait perdu trois membres.

"Bon princesse, je sais pas ce que te veut ce type, mais sûrement pas du bien, donc tu m'en veux pas mais on va dégager d'ici..."

Il empoigna à nouveau la jeune fille, dérapa et fit repartir son snow. Si ce type débaroulait en plein repère du gang il se ferait percer avant même d'avoir atterri. Même les chasseurs de primes n'osaient pas y foutre les pieds. Le gang volant avait même déjà tué un eraser gouvernemental.
Le jeune homme glissait dans les rues avec une aisance déconcertante. Il atteignit un toit, et bondit dans le vide. D'au moins cinq mètres. La jeune fille hurla. Le snowboarder passa dextrement à travers une bouche d'égout et atterrit beaucoup moins dextrement (complètement en vrac) dans un gros tas de neige. Cinq jeunes, avec des armes à feu, et onze autres avec des arcs et des javelots, entouraient le tas de neige.

"Si y a un mec qui se pointe, faut le buter d'accord ?"
"T'en fais pas Invader, Entrax nous a prévenus. Dernière chose qu'il a pu faire avant de crever. Si ce fumier passe par là, on va sûrment pas le louper..."

En haut, le type mystérieux s'arrêta dans une gerbe de neige en haut du bâtiment. Perdu pour cette fois...

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chebaï
Adminator
avatar

Nombre de messages : 196
Age : 29
Localisation : Quand on m'cherche, on m'trouve !
Classe sociale : Orphelin des bas-fonds
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Lun 4 Déc - 13:07

Bon, la, elle commencait a en avoir marre. C'était quoi, cette manie de vouloir la trainer de partout?
Pourquoi d'un coup elle se fesait écarteler entre deux mecs? (un très beau et un très con, il fallait bien l'avouer...) Bon. Le jeune homme (du clan des airs, pas du gang volant! c'est trop pourri sinon >.<) semblait vouloir l'amener a la résidence, autant le suivre...
Elle jeta un coup d'oeil au blond platine. Elle avait l'impression de se retrouver comme un objet dans la bouche de ce mec. "Je suis près a te la rendre..."

-Je n'appartiens a personne, imbécile !

Elle jeta un regard noir à Shiro et suivit le jeune labrador écervelé, courant avec une aisance toute relative sur un tas de neige profond et glacée. Si le snowboarder devenait trop entrepenant par la suite, comme l'avait si subtilement suggéré Shiro, elle pouvait très bien l'envoyer chier et au cas ou lui mettre un bon coup de pied bien placé.
Elle laissa échapper un cri de surprise quand Invader la prit dans ses bras, et rougit comme une pivoine. Elle le guida jusqu'a la résidence.

Devant les flammes, elle se dégagea rapidement des bras du jeune homme. Elle ne fit pas un seul instant attention à ce que lui disait Invader (toute facon, qui écouterait un crétin pareil? XD). Elle regarda avec tristesse les corps déja sortis du brasier. Elle reconnut une de ses meilleures amies et son père. Une larme coula silencieuseument sur sa joue et elle s'avanca, le visage fermé, prête à s'avancer dans la Résidence en feu pour peut-être sauver quelqu'un, s'il y avait encore quelqu'un de vivant dans cette maison. Il fallait espèrer.
Elle se sentit tirée en arrière et se débattit.

-Lache moi! J't'ai dit que t'avais juste a m'amener ici! Alors lach...

Elle cria (et pas hurla, hurla c'est pour les midinettes, qu'elle n'est pas) quand ils firent un sacré bon au dessus d'un toit (je vole, comme un aigle royal...je m'croute, c'est vraiment pitoyable...hrum) et s'accrocha fermement aux habits d'Invader (zim !).
Une fois revenus sur terre, elle se débarrassa prestement des bras du snowboarder et s'énerva.

-Je t'avais dit de me laisser la bas! Comment je fais, moi maintenant ?!

Elle fulminait, et sa capuche noire tomba sur ses épaules. Ses cheveux colorés, ancienne tradition qui visait a différencier facilement les différentes classes de domestiques et les suivants des maîtres, étaient bruns roux orangés, en tout cas une couleur qui n'étaient pas naturelle du tout. Elle ne regardait qu'Invader, toujours avec ce regard noir et accusateur, presque au bords des larmes.

hj: huhu, on est dans les égouts ou toujours dehors?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsu
Admin au poisson cru
avatar

Nombre de messages : 476
Age : 30
Localisation : Au dessus de son snowboard
Classe sociale : Miséreux célèbre !
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Lun 4 Déc - 13:34

[Nan, Shiro réagirrait pas comme ça ! C'est pas du genre à laisser tomber pour si peu ! Voilà ma version !]


Le jeune homme bondit dans les airs et exécuta une figure étrange, comme une sorte de dérapage contrôlé dans les airs. Il termina sa course, mais cette fois-ci, il était clair que son snowboard avait quelque chose de particulier. On vole pas, avec un snow, normalement...

Shiro sortit de son sac une sorte de demi-masque infra-rouge et le positionna sur son visage. Il sélectionna mentalement la Résidence et repéra en une fraction de seconde l'itinéraire le plus court. Trois rues. Le labrador ne connaîtrait sûrement pas ce passage. Il bondit, son snow suspendu à quelques centimètres du sol lui donnant une adresse hors du commun.

Shiro dérapa devant la Résidence en flammes. Le spectacle n'était pas sans lui rappeller son premier incendie... Un squatt. A l'essence. Il n'en avait été que le témoin mais on l'avait obligé à éliminer le pyromane. Un maniaque qui avait aussi fait brûler une demi-douzaine de jeunes filles. C'était son premier meurtre... Shiro leva les yeux au ciel. Pas encore de labrador... Il regarda sur le côté et remarqua deux personnes sur un snow qui chutait. Et merde...

Il s'élança à leur poursuite. Ils allaient où maintenant ? Shiro appuya sur un bouton au niveau de sa tempe et à sa vision se superposa une grille radar. Il sélectionna à nouveau son but mentalement. Deux personnes sur un snowboard. Cible en mouvement. Extremement facilement repérable en visée infra-rouge. C'était chaud, comme on dit.
Le jeune homme se laissa tomber à leur suite, contrôlant sa chute avec beaucoup plus de facilité. Il repéra la cible en mouvement dans un sous-sol. Ils avaient l'air de faire une sorte de ballet sur-place dans les égouts... C'était un peu ridicule.
Shiro resta un peu en vol stationnaire et examina les tâches nombreuses qui bougeaient sous la terre. Cinq jeunes, armés. Plus onze autres avec des cures-dents. Autant les suivre d'en haut...

Shiro suivit le mouvement des tâches sous le sol et avançait à la même vitesse au dessus. Il avait tout le temps pour réfléchir... Les Kikon Ama n'avaient pas révélé le secret, ça non. Même Shimitsu, le petit dernier, n'était pas assez stupide pour avoir révélé le secret... Et dans la fraterie, il ne restait qu'un membre. Les soeurs n'étaient au courant de rien.
Shizuka...
...
...
...
Kaito...

Shiro dérapa. Shizuka n'aurait rien raconter à Kaito. Mais Kaito n'avait jamais su tenir sa langue. Si jamais il avait surpris un Conseil... Shiro regarda sous ses pieds. Plus de tâches.
Perdu dans ses pensées, il avait laissé s'échapper la cible.
Il devait ramener Illys à tout prix. La laisser aux mains de cet obsédé sans cervelle serait signer l'arrêt de mort de toute une génération de Kikon Ama. La sienne. Et étrangement, cette idée ne le tentait pas plus que ça...

Shiro réappuya sur le bouton et une nouvelle sorte de grille s'afficha devant ses yeux. Il répéta mentalement sa cible et décolla. Il survola rapidement le chemin parocurut, repéra une bifurquation et s'y engouffra, en sous-sol cette fois. Pas question de les laisser s'échapper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://any-snow-numbers.actifforum.com
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Lun 4 Déc - 20:45

[t'as légèrement zappé les trois autres qui ont voulu t'arrêter do you now ?]

Invader fit passer la jeune fille dans une espèce de cage minuscule, où il s'ngouffra à sa suite avec un des autres types.

"Marrant hein ? Le clan des airs qui loge à six pieds sous terre..."


L'ascenceur se mit en mouvement et s'immobilisa beaucoup, beaucoup plus bas. Invader poussa une lourde porte blindée.
La pièce qu'elle révéla était vaste, le sol était couvert d'une épaisse moquette. Le lit à baldaquin était épais et moelleux, et hormis les posters de snow board qui couvraient les murs, la pièce était décorée avec goût dans de chauds tons de brun et de rouges.

"Voilà princesse, c'est ma piaule. Tu peux loger là aussi longtemps que tu veux. Moi je vais crécher dans la turne d'Entrax. De toute façon à mon avis il est pas près de revenir. Si tu veux te ballader, tu ferais mieux de me bipper. On se pert facilement par ici..."

Il lança un petit appareil, manifestement volé, à la jeune fille, et lui adressa un large sourire. La domestique entra, éberluée, et referma la porte derrière elle.

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chebaï
Adminator
avatar

Nombre de messages : 196
Age : 29
Localisation : Quand on m'cherche, on m'trouve !
Classe sociale : Orphelin des bas-fonds
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Lun 4 Déc - 21:00

hj: 1: Illys n'est pas éberluée. 2, elle est censée s'être débattue avec hargne tout le long du chemin, il peut pas l'avoir enfourgée si facilement que ca dans l'acscneseur! néammoins, je peux faire avec.

1 : Illys est éberluée parce que c'est pa sdu tout ce à quoi elle s'attendait? é elle s'est peut-être débattue avec hargne mais eux ils étaient dix sept, ça équilibre un peu tu crois pas ?

Bon, bon, d'accord, j'ai rien dit et je me repends, Amen.


j: La jeune fille se retourna et regarda la porte avec dédain (eh oui, on fait comme on peut quand l'objet de sa colère n'est plus la. Elle scruta le bipper et eu une moue intéréssée. Ca pouvait toujours servir a quelque chose... Maintenant que ses patrons étaient morts, elle n'avait plus de travail, et il ne fallait pas compter sur d'autres familles de nobles, qui avaient bien assez de domestiques pour ne pas avoir envie de s'emcombrer d'une floppée de survivants, qu'il faudrait évidemment payer et loger.
Donc, en gros, elle était a la rue pour la première fois.
Encore, à la rue... elle arpenta la pièce, appréciant le contact avec la moquette. Elle avait un peu l'impression de flotter. Elle s'assit dans un des coins de la pièce et observa l'environnement. Des posters de snow envahissait la pièce. Elle n'en avait jamais fait, et contrairement a ce que lui assurait des amis, ça ne lui manquait pas. Ca ne l'intriguait pas, ça ne lui fesait pas peur, bref, elle s'en foutait. La décoration était pas mal, assez proche de la résidence, en vrai. En un peu moins doré, peut-être.
Elle hésita puis se résolu à aller sur le grand lit à baldaquin. Elle eut un petit sourire et se demanda comment ils avaient pu obtenir un lit aussi cher normalement (elle se doutait bien qu'il l'avait volé, mais bon, c'est un peu dur a l'emporter à la tire...à moins qu'en pièce détachée?) et comment ils avaient pu le faire entrer dans cette chambre.
Mais elle n'allait pas le leur demander, eh.
Illys se demanda un instant pourquoi, un, Invader avait finalement décidé de l'amener, et deux, pourquoi il la logeait, mais elle ne trouva pas d'autre réponse que celle déja formulée par Shiro. Elle se dit, peut-être a tord (qui sait?) qu'il y avait moins de risques ici que dehors.
Elle s'était d'abord assise avec curiosité sur le lit pour voir l'impression que ça fesait, puis s'était carrément étalée en travers. Son petit sourire disparu. Une nouvelle larme glissa sur sa joue.

Ils étaient surement mieux la où ils étaient maintenant, mais elle ne les reverrait jamais.
Elle s'endormit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsu
Admin au poisson cru
avatar

Nombre de messages : 476
Age : 30
Localisation : Au dessus de son snowboard
Classe sociale : Miséreux célèbre !
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Mar 5 Déc - 18:51

Le bruissement de la poussière et des gravats heurtant le sol réveilla la domestique. Elle s'assit sur le lit et regarda un instant la cascade de poussière qui tombait dans la pièce. Soudain, un morceau de plafond entier se décela. S'il n'y avait pas eu d'autres couches de plafonds, elle aurait été aveuglée par la lumière. Mais là non. Là, rien d'autre que le noir. Et un léger ronronnement. La domestique recula sur le lit par réflexe. Le morceau de plafond n'était pas tombé dans la pièce, cela laissait penser qu'il était difficile que ceci soit accidentel. Si elle l'avait un temps soit peu aprécié, elle aurait peut-être appelé Invader. Mas ce n'était pas le cas. Et une partie d'elle avait envie de savoir, ou plutôt d'être sûre, de l'identité de l'auteur de l'intrusion.

Shiro descendit par le trou, dans une verticalité parfaite. Il était excessivement charismatique, et ses cheveux platine et ses yeux bleux lui donnaient des airs irréels. Illys ne bougea pas d'un poil. Elle s'y attendait un peu, quand même...

"Très chère demoiselle... Me ferait-vous l'immense bonheur de vous joindre à moi ? N'ayez crainte si votre souhait est réellement de retourner vers ce snowboarder crasseux, cela sera comme vous le souhaitez... Cependant, j'ai besoin de vous. Ma famille a besoin de vous. Accompagnez-moi, ne serait-ce que pour en savoir plus..."

Le jeune homme fixa intensément la jeune fille et rajouta :

"Car vous brûlez d'en savoir plus, n'est-ce pas ?..."

Le visage de Shiro se fendit en un irrésistible sourire et le bruit du verrou de la porte se fit entendre. Le jeune homme, en un bond d'une dextérité à toute épreuve, repassa par son ouverture, disperçant au passage les poussière de plafond. Il replaça la dalle, légèrement décalée pour se masquer mais percevoir quand même les bribes de conversation éventuelles.

Là-haut, dans son conduit, Shiro arborait une expression victorieuse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://any-snow-numbers.actifforum.com
Chebaï
Adminator
avatar

Nombre de messages : 196
Age : 29
Localisation : Quand on m'cherche, on m'trouve !
Classe sociale : Orphelin des bas-fonds
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Mar 5 Déc - 21:57

Illys regarda sans étonnement le beau jeune homme (Mr.Garfield!) sortir du plafond (plus poétique tu meurs!).
Décidemment, il s'acharnait!

-Je vois que vous le tenez en haute estime...

Elle eut un petit rire. Elle était habituée a ces préjugés de castes. Il était évident que Shiro était un noble, et par réflexe il rejettait les squatteurs (du moins c'était l'avis personnel de la jeune fille).

-Comment ne pourrais je pas avoir envie d'en savoir plus, quand pour la première fois de ma vie on s'interesse a moi? Qu'ai -je donc de spécial? finit elle par murmurer, quand le blond platine regrimpa dans la tuyauterie.
Assise en tailleur, elle tourna la tête vers la porte, attendant l'entrée, de, qui sait? Invader.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Mar 5 Déc - 23:44

Ce n'était pas Invader. Du moins pas seulement. Ils étaient huit à rentrer. Les coups de feu éclatèrent. Le plafond fut perforé de nombreux trous, le morceau que SHiro avait détaché retomba au beau milieu de la chambre. Malgré toute son agilité, Shiro ne pouvait pas esquiver la pluie de plomb qui ravageait son plafond sans perdre un peu de sa classe incroyable. Il tomba. Il ne se laissa pas tomber, il tomba vraiment. Les balles crépitaient autour de lui, et il peinait à les esquiver. Invader plaquait la jeune domestique sous le lit. S'il y avait des balles perdues il crèverait plutôt que de la laisser en prendre une.

Une balle atteint Siro à la jambe. Puis une autre. Et une autre au bras. Il ne pouvait plus esquiver les balles. Sept mitraillettes dans une si petite pièce c'était trop, même pour lui. C'était pas un Fils des Astres non plus. Celui qui avait l'air le plus vieux s'avança vers lui.

"Baka.. Tu croyais vraiment pouvoir t'attaquer au clan des airs sans en payer les conséquences, ordure ?"


Les mitraillettes ne le lâchaient pas des yeux.

"La fille est sous notre protection. Quoi que tu lui veuilles, je te conseille d'abandonner. On va te jeter dehors. Si on revoi ta sale gueule, baka, on te crève. C'est clair ?"


Deux hommes soulevèrent Shiro et commencèrent à le tirer vers la porte, non sans le gratifier de quelques coups de poings dans le ventre et la tête. L'autre le héla à nouveau.

"Tu as tué trois membres du clan des airs. Si on te revoit dehors, même par hasard... Vaudrait mieux pour toi que tu nous recroise jamais. T'es peut-être balèze, mais pas assez pour te mesurer à tout un clan."

Il fit un signe de la main à ses hommes.

"Foutez moi cette merde dehors."


Invader et la domestique sortirent de sous le lit. En dépit de son attitude un peu gamine, il était indéniable que le jeune homme avait un certain charme, avec sa tête de petit garçon et ses grands yeux verts. En sortant il glissa un petit bisou dans le cou de la jeune fille, et il sourit largement quand elle ne le giffla pas.

"Invader, tu veilles à ce qu'il ne lui arrive rien ?"

Le jeune snowboarder sourit largement et tendit le pouce (c'est un personnage de manga pur souche).

"T'inquiète !"


*SUSHI POUSSE SA GUELANTE* JE CASSE MON FORUM TOUTE SEULE MAIS LA... LA ! JE SUIS OBLIGEE DE FAIRE UN EDIT !!!
Hey, vraiment, je crois que t'as pas vraiment compris de quel genre de type il s'agit... Un noble surentraîné, suréquipé et de plus, un OGM ! Je t'en dirai plus long dessus ce week-end mais c'est pas crédible que Shiro se fasse repérer aussi facilement (il découpe au laser et parle super pas fort !)... De plus, tu peux me croire qu'avec son caractère et ses équipements, même par 8 gars, t'en a une bonne moitié qui survit pas à l'opération... De plus, Cheby pousse aussi sa guelante : qué, elle le baffe pas ????

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsu
Admin au poisson cru
avatar

Nombre de messages : 476
Age : 30
Localisation : Au dessus de son snowboard
Classe sociale : Miséreux célèbre !
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Dim 10 Déc - 22:05

Invader et ses huits kékés pénétrèrent dans la pièce. Et à en juger par leur attirail, ils avaient pas l'air de venir prendre un irish coffee.
Ils balancèrent les crosses de leurs engins sur leur épaule et commencèrent à trouer le plafond avec une barbarie non dénuée d'une certaine méthode voire dextérité. Habitués à bousiller leur domicile peut-être...?

Shiro commença par courir dans le conduit, tout en prenant soin de rester au dessus de la chambre d'Illys. Les rafales se dirigeant dangeureusement sous ses pieds, il fit volte-face et retourna se poster sur la dalle qu'il avait décellé. Malheureusement, les tirs de mitrallettes l'avait totalement décellé et il tomba dans la pièce avec elle. Merde.

En une fraction de seconde, tous les tirs se dirigèrent sur lui. Shiro courut au milieu des balles, sautant contre les murs, les colonnes et les meubles pour éviter un maximum de balles. Une paire de balles lui entaillèrent la joue gauche, juste en dessous de l'oeil. Une troisième lui pénétra le bras, tandis qu'un certain nombre d'autres l'écorchait un peu partout. Il ne saignait pas beaucoup. D'ailleurs, les plaies de sa joue se résorbaient à vue d'oeil. Shiro dégaina tout d'abord une vingtaine de shuriken qu'il lança de son bras endolori. Trois sbires d'Invader s'effondrèrent. Niveau mitraillette, ça devenait plus gérable.
Le jeune homme sortit de sa poche un calibre laser et fusilla trois autres mecs en un instant. Plus qu'une paire d'andouilles pour tirouiller dans la pièpièce. Shiro eut un sourire narquois. Du tout-cuit.
Il brandit à nouveau son calibre et élimina un des deux sbires restant. Le dernier tira la salve de l'espoir et logea une balle dans la cuisse de Shiro. Il en faudrait plus pour l'arrêter. Celui-ci sortit un nouveau shuriken et le ficha dans le creux du coude droit de l'homme. La mitraillette tomba au sol avec fracas.
Nouveau fracas. Alors qu'il était à une poignée de mètres de la porte, celle-ci s'était ouverte à la volée, laissant pénétrer dans la pièce une vingtaine de nouveaux membres du Clan des Airs. Merde. Shiro en dézinguant trois avant de s'engouffrer dans l'embrasure de la porte. Il la claqua avec le pied et bondit, en prenant impulsion sur une étagère. Il pénétra dans une plaque d'égoût, remonta à la surface, récupéra son snowboard et s'envola en haut d'un immeuble pour s'occuper de ses blessures.


********

Yuki secoua la tête. Quel incapable, ce Shiro. Même pas fichu d'emprunter une domestique à un clodo. Elle regarda son frère sur le toit de l'immeuble en face. Les blessures au visage, ça craint. Ca cicatrise jamais tout à fait. Cet abruti avait cru bon d'abîmer son visage divin pour récupérer la fille. Il y croyais, lui, à ce truc...
Les balafres donnent du charme aux aventuriers, comme on dit.
Yuki, snow sous le bras, prit impulsion sur le rebord du toit et bondit jusqu'à l'immeuble suivant.

Elle frotta affectueusement le sommet du crâne de son frère assit par terre et lança :

"Alors, mon petit Shiro, on a pas réussi à mettre la main sur une petite fille ? Rends-toi compte, si tu continue à t'abîmer comme ça, tu pourras même plus la séduire... Ce serait le comble pour toi !"


La jeune fille sourit.

"C'est vrai, Yuki, tu as tout compris. J'adoore me prendre des balles au ras des yeux. J'envisage même de me le faire tous les jours. Tiens, tu veux pas m'en tirer une de l'autre côté, d'ailleurs ?"

Yuki leva les yeux au ciel dans une expression théatrale et s'accroupit à côté de Shiro.

"Allons, tu sais bien que je ne pourrai jamais abîmer de mes mains ton merveilleux visage ?"

La jeune fille déposa un baiser sur la joue de son frère qui la repoussa.

"Je veux pas de ta pitié, Yuki. J'ai failli. Je ne mérite pas de récompense ou de consolation. J'y retournerai demain, quand mes blessures auront cicatrisé. Alors peut-être, je mériterai autre chose que le mépris."

"Rhôôô, ce que tu peux être pète-sec ! C'est bon, prend pas tes grands airs de "j'ai failli ! gna gna gna !". Et pourquoi pas te faire hara kiri ? Ma parole, détends-toi, Shiro !"

Le jeune homme se renfrogna et pansa la plaie de sa cuisse.

"Tu veux peut-être qu'on prenne le relai pour aujourd'hui, Yukô et moi ?"

Shiro se releva et redressa sa soeur par les épaules.

"Que ce soit bien clair, Yuki. Si toi et Yukô, vous vous avisez de tenter quoi que ce soit pour récupérer Illys des mains de ces cinglés... Non, je préfère ne pas y penser..."

Shiro baissa la tête et termina de nettoyer ses plaies sur la joue.

"T'inquiète Shiro-Kun, Yukô et moi, on est pas du genre à se faire dézinguer par les pouilleux, tu nous connaîs."

"Je vous connaîs, justement."

Yuki croisa les bras et afficha une moue boudeuse. Son frère déposa un baiser sur sa joue et elle se détendit. Elle le lui rendit et sauta sur son snow qui l'attendait en vol stationnaire.

_________________
Et bien écoute, je suis un homme, tu es une femme et nous sommes dans une pièce remplie de lits... Je dois te faire un dessin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://any-snow-numbers.actifforum.com
Chebaï
Adminator
avatar

Nombre de messages : 196
Age : 29
Localisation : Quand on m'cherche, on m'trouve !
Classe sociale : Orphelin des bas-fonds
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Lun 11 Déc - 16:55

Illys se tourna vers la porte et regarda le monde entrer avec étonnement. tiens. elle pensait qu'il n'y aurai que ce cher Invader. Elle palit en voyant leur joujoux. C'était pour elle ou pour Shiro? Il y avait plus de chances que ça soit pour le jeune noble.

D'un certain coté ca l'arrangeait. Elle se protégea vainement avec ses bras, en pur réflexe, des balles qui commeçaient a pleuvoir avant qu'elle se sente (encore!?) attrapée et plaquée sur le sol, glissants sous le lit. Elle se sentait légérement étouffée avec le jeune homme à coté mais n'avait ni la motivation ni la concentration pour le repousser. Elle essayait de savoir se qui se passait "au dessus", dans la chambre. Enfin, à part un carnage, elle voulait savoir si Shiro s'en sortait vivant ou s'il était déja mort et enterré, les esclaves d'Invader s'acharnant dessus.
Bref.

Elle sortit de sous le lit à baldaquin avec une certaine grace (tout du moins pour une domestique) et regarda directement dans le plafond. Elle eut une moue. Très jolie, la nouvelle déco. Très aérée. Elle regarda dans la chambre et ne vit aucun cadavre.
Euh, aucun qui l'intéressait en tout cas. Il n'était pas mort, tant mieux. Il avait gardé le suspens et elle ne savait toujours pas pourquoi elle était censée le suivre -pourquoi elle voulait le suivre. Perdue dans ses pensées, elle ne vit même pas le jeune homme aux grands yeux verts (alien!) s'approcher et "lui glisser un petit bisou dans le cou". C'est tout juste si elle s'en rendit compte.
Elle lui lanca quand même un regard noir pour l'occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Lun 11 Déc - 20:50

Un type, d'une bonne vingtaine d'années, s'avança vers Invader (je sais pas où vous avez vu que c'était lui le chef...).

"Arrête tout Invader. Regarde par terre. Tu vois tous ces cadavres ? Tu crois qu'on peut la garder ici ?"

"Oh non putain..."

Un autre type s'avança.

"Ta gueule Invader. Hors de question qu'on crève tous pour protéger la p'tite gueule d'amour de ta copine."

"Il a raison Invader. Elle elle se casse. Toi tu restes si tu veux, mais elle on la fout dehors, qu'elle se démerde avec ce type."

"Mais... On peut pas faire ça..."

Trois flingues se braquèrent sur Invader.

"Si-si Invader-san. On peut."

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsu
Admin au poisson cru
avatar

Nombre de messages : 476
Age : 30
Localisation : Au dessus de son snowboard
Classe sociale : Miséreux célèbre !
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Jeu 14 Déc - 19:26

Les deux "Guneuses" descendirent de leur snow en même temps. Si elles avaient été dans un film, elles auraient sûrement armé leurs flingues d'un même mouvement, avec un petit pivot sur le pied. Mais elles étaient pas dans un film, et même si l'une comme l'autre s'amusaient furieusement, elles étaient pas là pour jouer.

Yuki fit tournoyer ses flingues autour de ses index avant de les ranger dans les étuis cintrés à ses cuisses d'un geste dextre. Yukô les arma en un instant contre ses hanches et les rangea à sa ceinture.

Elles réglèrent leur montre à la seconde et Yukô décella la plaque.

"Parée. lança t-elle à sa soeur.

- Parée !" répondit-elle, non sans un grand sourire conquérant.

Yuki accrocha un grappin au rebord et balança le poids accroché à l'autre bout dans le conduit. Le poids heurta le sol dans un fracas étouffé, typique de celui qui malgré son habitude, peut commetre des erreurs dans son lancer de grappin et très bien les réparer. La jeune fille se retourna vers sa soeur et leva le pouce. Yukô attrappa un gros sac en toile, bourré de vieux vêtements et le tint au dessus du trou. Elle adressa un clin d'oeil à sa soeur qui commença à descendre le long de la corde, avec la série de bruit engendrée. Arrivée à mi chemin, elle sortit de sa poche un amplificateur graduel de sons et l'accrocha à sa ceinture. Nouveau clin d'oeil à sa soeur. Elle remonta la corde. Nouveau levage de pouce. Yukô laissa tomber le sac dans le conduit et écouta avec attention le bruit qu'il fit en heurtant le sol. Parfait. Son étouffé, mais brutal. Typique de celui qui atterit depuis une corde. La jeune fille sortit de l'étui de son bras une télécommande. Son visage s'étira en un sourire et elle appuya sur un des boutons. Un bruit de course étouffé s'éleva du conduit. Parfait. Les gadgets de Yukari étaient toujours aussi au point. Yukô rangea la télécommande dans son étui et sauta sur son snowboard qui l'attendait en vol stationnaire, rapidement imitée par sa soeur.
Les deux jeunes filles démarèrent au quart de tour. D'un même geste, elles sortirent de leur sac un demi-masque de visée infra-rouge, l'enfilèrent et dirigèrent leur regard vers le sol. Oula. Ramdam, là-dessous, c'était pas prévu. Faute bête, pourtant, avec le tapage de Shiro, la rébellion était prévisible. Et y'avait quand même eu 11 morts contre deux blessures à la joue, normal que la deuxième ptite gueule d'amour se retrouve toute seule... Donc, maintenant, c'était chacun pour soi, et good bye Clan des Airs pour Invader. Heureusement que Yuki avait réussi à convaincre Shimitsu de leur confier la mission, sinon le petit Sanada-Baka n'aurait sûrement plus jamais pu voir la lumière du jour... Enfin... Elles étaient plus feutrées à défaut d'être réellement plus délicates.

Yuki exécuta un dérapage et sa soeur s'arrêta plus sobrement.

"Bon, qu'est-ce qu'on fout, du coup ? lança l'impétueuse jeune fille, l'exaspération et la peine se faisant sentir dans sa voix.

- Je suggère qu'on continue à surveiller la situation. Ils sont sensés croire à une intrusion. On peut pas savoir tout de suite si c'est Invader qui ira, s'il prendra Illys et partira dans la foulée, si c'est les pingouins qui iront... On est obligées d'attendre. Choisissons le meilleur point de vue et profitons du spectacle."

Yuki hocha la tête en guise d'assentiment.

"T'as raison, comme d'hab'... "

Yukô esquissa un sourire et attrappa sa soeur par le bras.

"Et le meilleur point de vue n'est sûrement pas en plein milieu de la voie des snowboards..."

Yuki sourit à son tour.

"Mouais... Alors, toit, trottoir ou direct dans les égoûts ?"

Le visage de Yukô se fendit en un sourire carnassier et Yuki hocha à nouveau la tête, dans une expression conquérante.

"Evidemment, t'as encore raison... Ce sera bien plus drôle le moment venu !"

Les deux jeunes filles s'engouffrèrent successivement dans une bouche d'égoût à bonne distance de la salle où se trouvaient encore Illys, Invader et ses dissidents d'amis.

Yuki freina en pleine descente et montra en silence un boitier grésillant à sa soeur qui fronça les sourcils et hocha la tête. Elle s'en approchant sans le moindre bruit et brancha au câble de connexion murale une puce électronique. Et voilà. Maîtrisé, le micro. Elle porta la main à sa tempe et appuya quatre fois sur le premier bouton de sa lunette. Autant de grilles de visées se succédèrent à sa vue et elle sélectionna la grille de visées baptisée par Yukari "Caméras, micros et autres merdes dans le genre". Elle exécuta enfin une série de gestes compliqués destinée à prévenir Yuki de garder à l'oeil les silhouettes de sa visée infra-rouge, de la laisser passer devant et surtout de ne faire aucun bruit.

[Continue le post sans te soucier de Yuki et Yukô pour l'instant, Tiger, il faut que je saches qui quitte la pièce pour aller se renseigner sur l'intrusion transmise par les micros pour pouvoir continuer]

_________________
Et bien écoute, je suis un homme, tu es une femme et nous sommes dans une pièce remplie de lits... Je dois te faire un dessin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://any-snow-numbers.actifforum.com
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Jeu 14 Déc - 23:41

Le clan des airs tenait toujours en joue Invader, et Illys qui se rapprochait de lui dans l'espoir qu'il prenne quelques unes des balles qui lui étaient destinées. Tous les visages étaient tendus. Deux petits voyants rouges clignotèrent sur l'avant-bras d'un des types.

"On a une intrusion."

"C'est pour elle."


"On la leur donne."

"Mais ils vont la tuer ! Les mecs ! On peut pas faire une chose pareille !"

"Bordel ! T'as mal compris Invader ! C'est nous qu'ils vont tuer ! "


"Merde Invader ! Si tu tiens tant à elle, t'as qu'à l'accompagner !"


"Ouais. Si tu veux partir avec elle on te poursuivra pas."

"On s'est mal compris les mecs ! Je veux rester ici, avec elle !"

"En effet on s'est mal compris Invader. Cette fille ce barre. Toi tu fais ce que tu veux."

"Aucun d'entre nous n'est prêt à crever pour te faire plaisir Invader."

Deux types avec des gros fusils attrapèrent la jeune fille par les bras et la tirèrent. Le type avec les voyants rouges appuya sur un bouton sur son poignet et parla dans un petit micro.

"Qui que vous soyez, sortez d'ici."


Sa voix résonnait dans de petits haut-parleurs partout dans la base, et les deux filles qui s'étaient introduites dans la base entendirent son petit discours.

"On vous donne la fille. On veut pas la garder. Trop dangereux. On veut pas mourir, on veut pas se battre. Rendez-vous à l'entrée principale de la base, le type qui est entré tout à l'heure sait om elle est. On vous y attend avec la fille, sans armes. On vous la laisse si vous nous laissez en vie, et que vous nous foutez la paix."

Invader fulminait, mais deux bras étaient serrés autour des siens, et une main était plaquée sur sa bouche. Il pleurait de rage.

Le chef ne l'avait pas quitté des yeux. Il réappuya sur le bouton.

"Donc je suppose qu'on te fout aussi dehors ?"


In vader se hissa sur ses bras et décocha un coup de pied au ventre d'un des types qui le tenaient. Il mit un coup de boule au deuxième et cassa le nez du troisième. Il se rua sur le chef.
Celui-ci saisit son poignet, lui tordit le bras, lui écrasa les reins d'un coup de pied, le souleva du sol et le lança contre un mur.

"Casse-toi Invader."


Lorsque le jeune homme se releva deux mitrailleuses étaient pointées vers son visage, et du sang coulait de son nez et de son arcade sourcillière. Il cracha un lourd glaire de sang aux pieds de son chef et s'enfut en courant et en pleurant.

"Abruti."

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsu
Admin au poisson cru
avatar

Nombre de messages : 476
Age : 30
Localisation : Au dessus de son snowboard
Classe sociale : Miséreux célèbre !
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Ven 15 Déc - 21:43

Yukô braqua la main devant sa soeur pour l'empêcher d'avancer quand la voix retentit.

Elles écoutèrent attentivement tout le petit speech.
Ca semblait un peu facile... Mais elles étaient deux, c'était largement suffisent pour dézinguer une poignée de kikis, 20 ou 30, c'était du gâteau...
Pas de sensibilité à la Shiro, pis hors de question de perdre un bout de leur visage pour sauver une bonniche parce que ça pète à Mister Shimitsu...

"Ben... On y va ? demanda Yuki, les deux mains posées contre les crosses nacrées de ses flingues.

-Tu veux faire quoi d'autre ? Les prendre par surprise ?" répliqua sa soeur.

Yuki soupira et prit impulsion sur un mur pour faire rédemarrer son snow.
Yukô l'imita et la doubla avec aisance.

"Maintenant, on speede. Regarde, l'autre Baka qui la suivit. Faut qu'on arrive à temps pour choper qu'elle !"

Arrivée à la montée du conduit, elle s'appuya sur le premier barreau et se projeta en l'air. Elle traversa tout le conduit, dégaina et tira sur la plaque qui se souleva et roula sur le bord du trottoir, perforée d'un trou fumant, d'une rondeur parfaite. Elle passa par l'embrassure et s'arrêta sur le trottoir pour attendre sa soeur. Yuki poussa la plaque à sa place avec un soupir et Yukô tendit les bras, comme pour s'excuser (à la Cloud ^^).

"On y va, lança Yuki. En speedant, on y est dans 28 secondes. Lui non. A moins que l'autre bonniche traîne, on la chopera à temps sans même avoir besoin de Shiro."

Yukô hocha la tête et démarra au quart de tour, bras tendus derrière elle pour l'aérodynamisme. Sa soeur l'imita.

Les deux Guneuses s'arrêtèrent d'un même mouvement devant ce que les bouseux appellaient "l'entrée principale de la base", terme qui devait les bouffer d'orgueil. Pas de traces d'Illys. Ils s'étaient foutus de leur gueule ? Et ils voulaient pas de morts ? Hinhinhin...
Yukô souleva du pied la plaque et pointa le gun à l'intérieur avant de s'apercevoir que quelqu'un montait dans le conduit. Cependant, elle ne déplaça pas ses flingues pour autant. Pas folle. Ils étaient armés les pécores.

_________________
Et bien écoute, je suis un homme, tu es une femme et nous sommes dans une pièce remplie de lits... Je dois te faire un dessin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://any-snow-numbers.actifforum.com
Chebaï
Adminator
avatar

Nombre de messages : 196
Age : 29
Localisation : Quand on m'cherche, on m'trouve !
Classe sociale : Orphelin des bas-fonds
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Sam 16 Déc - 17:30

hj: heu, j'ai pas trop capté ce qui se passe avec Illys, si elle est sortie de la chambre vers l'entrée principale ou si elle est restée...dans le doute j'improvise large

j: Illys croisa les bras et regarda ce qu'il se passait avec appréhension. Mais quel crétin, cet Invader? Il pouvait pas la laisser la ou elle voulait? Pourquoi avait il fallaut qu'il la prenne pour un objet, pour une poule, et la traine ici? Elle avait autre chose a faire, et c'était surement trop tard, maintenant, a cause de lui!
Elle fut prise par surprise, même si elle s'y attendait, quand deux baraqués lui malaxèrent les bras avec force douceur ("hey! non mais ca va pas? lachez moi!") et eut un regard furibond. Pourquoi aujourd'hui? Pourquoi tout court? pourquoi tout allait toujours de travers dans ce monde?

Et pourquoi tout le monde ou presque car elle n'est pas mégalo quand même la voulait comme un objet précieux, alors qu'elle n'avait absolument rien de spécial?

Elle regarda Invader s'enfuir en pleurant. Elle le pensait plus fort que ca. Elle en voulait pas paraitre méchante, parcequ'elle savait qu'elle n'était pas très forte ni très intelligente non plus, mais elle le trouvait quand même un peu pitoyable.

Son regard revint sur celui qui semblait être le "chef", qui d'un signe d'un main donna ordres aux deux gorilles de l'amener elle ne savait ou.

Elle se rapellait encore une de ses amies lui souhaiter bonne journée.
Tu parles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsu
Admin au poisson cru
avatar

Nombre de messages : 476
Age : 30
Localisation : Au dessus de son snowboard
Classe sociale : Miséreux célèbre !
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   Jeu 4 Jan - 2:17

"Oula ! Sorry, Illys !"

Yuki sourit à pleines dents et tendit son bras à la domestique, en rengainant son flingue, synchro avec sa soeur.

"J'pensais qu'ils avaient envoyé des gorilles..."

Yukô hocha la tête et paracheva de remettre la jeune fille sur ses deux pieds.

Pendant ce temps-là, Yuki remonta sur son snow.

"Come on, Lily, ai pas peur !"

La domestique s'approcha de la jeune fille aux cheveux platine d'un pas hésitant. Celle-ci l'empoigna sans ménagement et la planta sur son snow.

"Ca va swinguer, ma belle ! On va là-haut !"

Yuki pointa le doigt vers les toits.

"Faudrait pas que ton Apollon nous poursuive, tu comprends ?"

Yukô soupira.

"Tu sais que tu vas la faire flipper.... En réalité, on va là-haut pour retrouver notre éphèbe à nous..."

Elle sourit et s'élança, prenant une grande impulsion sur son pied droit.
Yuki l'imita, chancellant un peu sous le surplus de poids que représentait Illys. Même des moindres, un poids est un poids. Yuki sourit en imaginant sa soeur transporter l'autre Sanada... Pffff... Elles avaient bien fait de le planter. Pourtant, Shimitsu préférait deux personnes... Bof, elles auraient tout le temps d'aller chercher quelqu'un de moins relou que lui... Et surtout quelqu'un de plus important...


************

Les trois jeunes filles se posèrent sur le toit en dérapage léger.

"Hey, le Shiro ! Regarde ce qu'on ramène !"

Yuki tira la langue à son frère qui ouvrit des yeux ronds.

"Comment avez-vous fait ? Ce type était une furie de lâcheté ! Vous l'avez envoyé au tapis ?"

Yuki se remit une mèche de cheveux et rougit légèrement.

"Disons que... On a pas vraiment eu affaire à lui..."

Shiro se leva brusquement et attrappa sa soeur par l'épaule, sans prêter attention à Yukô qui fixait intensément la domestique. Faudrait pas qu'elle s'enfuie.

"Mais vous êtes syphonées, les Guneuses ! Si maintenant, il nous poursuit ? Falalit le prendre ou le rayer ! Pas de compromis, on avait dit !"

"Hey, peace, frangin. L'Envahisseur a l'air de se payer quelques emmerdes avec ses "potes"... On a un peu de temps avant qu'il réagisse..."

Shiro déserra son étreinte et baissa les yeux.

"Alors tirons-nous avant qu'il les règles, ses emmerdes."

Le jeune homme monta sur son snow en un petit saut et attrappa Illys par le bras.

"Les princesses n'ont vraiment rien à t'envier."

Shiro décolla.

"Et gnagnagna... Les princesses n'ont vraiment rien à t'envier... Pfffff..."

Yuki fit un petit battement de la main pour parachever son imitation.

"Quel bouffon. Et dire qu'on s'est encore tapé tout le boulot, c'est lui qui ramène la poupée... Marre..."

Yukô attrappa sa soeur par le bras et sourit.

"Tu connaîs les garçons !"

Les deux seurs échangèrent un sourire complice et emboitèrent le pas à leur frère.

_________________
Et bien écoute, je suis un homme, tu es une femme et nous sommes dans une pièce remplie de lits... Je dois te faire un dessin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://any-snow-numbers.actifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chronique d'une suivante à la cour   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chronique d'une suivante à la cour
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» La Cour Bubonique du Frère Bassik aux Six Pustules, dit " le Purulent"
» Ma chronique #5 sur le vin dans le magazine le Denturo
» [Fan-fiction] Chronique des ombres
» Chronique Politique - Le Flamand Rose par LouisHubert
» Statuts de la Haute Cour de Justice

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Any Snow Numbers :: Partie RPG :: Le Japon :: Tokyo-Centre :: Le Marché Permanent-
Sauter vers: