Chroniques de la neige et du sang
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Dégoût

Aller en bas 
AuteurMessage
Heizo
Milicien du forum
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 38
Localisation : Somewhere beyond the sea
Classe sociale : She's there watchin for me If I could fly like birds on high Then straight to her arms I'd go sailin
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Dégoût   Mer 1 Nov - 23:49

[ from http://any-snow-numbers.actifforum.com/viewtopic.forum?p=278#278 ]

Heizo contempla quelques instants le vieillard vomir son sang. Il ne savait pas s'il fallait l'achever ou non. Il souffrait comme un porc à l'agonie. Tremblant et essayant de parler, il ne parvenait qu'à emettre quelques borborygmes.

Bwarf, tant pis pour lui. L'épaule doublement meurtrie d'Heizo méritait bien sa vengeance. Chancelant, il s'enfonça dans la pénombre du couloir qui s'ouvrait devant lui.

C'était absolument insupportable. Entre l'odeur putride, la pullulence des rats parfois plus larges qu'un chat, la saleté de l'eau qui la rendait imbuvable et les cadavres parfois humains qui flottaient à sa surface, il était servi.
La douleur devenait insupportable. Plusieurs fois, il glissa et tomba dans l'eau, incapable de se rattraper à quoi que ce soit. A chaque chute, il buvait la tasse et se faisait mordre par un de ces immondes rongeurs. Il finit par s'asseoir (disons s'effondrer) contre un mur.
Heureusement pour lui, il lui restait du tissu dans sa sacoche. Rapidement, il s'en servit pour recouvrir sa plaie.

Il n'en revenait pas : le gouvernement avait essayé de l'éliminer. Il avait fait une partie de leur boulot, et voilà comment on le remerciait. Et ça n'allait sûrement pas s'arrêter là. Lorsqu'ils allaient retrouver les restes de leur borgne, ils allaient assurément lancer d'autres personnes à sa poursuite, jusqu'à ce que mort s'ensuive...
Que savait-il de trop? Il ne parvenait pas à se rappeler de sa conversation avec le Chef. Le Conseiller les avait interrompus plusieurs fois, mais pourquoi? De quoi parlaient-ils qui fut compromettant ? Tout ce dont ils avaient discuté, c'était de la juste réponse de l'Etat face aux dangereuses rebellions qui l'oppressaient, du renforcement de l'Ordre et de la multiplication des Traques et des Arrestations...

...Ordre...Traques...Arrestations...Rafles...Massacres... Mon Dieu! Voilà ce qu'il lui avait révélé ! De manière détournée, il lui avait appris que la Milice allait se faire de plus en plus présente, que les violences injustifiées envers la population allaient s'intensifier, que les forces résistantes allaient être intégralement écrasées d'ici, emportant avec elles des centaines d'innocents ! Le Président avait d'abord porté sur lui entière confiance, puis le Conseiller lui avait retracté ses ardeurs... oui, c'est ça...
Il se retrouvait désormais en haut de la liste des "Ennemis publics extrémement dangereux", liste dont d'ordinaire il rayait un à un les noms et les récompenses inscrites à côté...

Epuisé, dépité, affaibli, il s'endormit sur place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsu
Admin au poisson cru
avatar

Nombre de messages : 476
Age : 30
Localisation : Au dessus de son snowboard
Classe sociale : Miséreux célèbre !
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Dégoût   Jeu 2 Nov - 0:43

NPC

"Il est mal fait ton garrot."

Heizo se réveilla en sursaut, surpris d'entendre une voix en ce lieu sordide. A fortiori une voix de petite fille...

Isuzu tira sur la manche de l'homme.

"Qu'est-ce que tu fais là ? Pourquoi t'es tout seul et tu saignes ?"


La petite fille avait de grands yeux clairs, oscillant entre le vert et le bleu, et empreints d'une douceur presque irréelle dans l'hostilité du nouveau monde. Son visage était rond et lunaire, et elle avait une toute petite bouche ronde, rose et charnue, surmontée d'un petit nez en trompette. Ses joues étaient roses et fraiches. C'était étrange pour une fillette vraisemblablement à la rue...

Isuzu se mit à quatre pattes à côté de l'homme et tira sur son garot. Elle souleva le bras d'Heizo et refit le bandage avec adresse. Le tueur la regarda, éberlué.

"Voilà, là, ca va plus saigner."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://any-snow-numbers.actifforum.com
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Dégoût   Jeu 2 Nov - 2:12

NPC :

"Isuzu est très douée. D'ici un ou deux jours ta plaie sera refermée Heizo."

L'homme qui venait de parler était un type d'une quarantaine d'années, peut-être plus. Son visage était couvert par une imposante barbe grise et sale. Pourtant il se tenait droit et fier, et sa carrure était plutôt impressionante. Rien en comparaison de la brute qui le suivait. Le type devait bien mesurer dans les deux mètres cinquante, avec de longs cheveux noirs qui encadraient un visage couturé de cicatrices. Le troisième gars était petit. Tout petit. Et très maigre. Des couteaux pendaient tout le long de ses bras et de ses jambes, et son visage rayonnait d'une sympathie gamine que le reste de son corps réfutait indubitablement. Tous trois portaient une sorte d'uniforme crasseux, brun et beige, et ils étaient armés. Le vieux portait deux flingues finement ciselés, décorés d'or, magnifiquement ouvragés. La brute avait un imposant fusil mitrailleur dans chaque main. Et le petit squelette portait une imposante hache à deux mains, en plus de ses couteaux. Le vieux adressa un large sourire à Heizo.

"On dirait bien que t'es passé du côte obscur, hein gamin ? Allez... Pas si grave tu sais ? Il y a des gens moins ingrats que ces fumiers du gouvernements. On est la 16ème Force de Frappe des Egouts. Isuzu, Toronaï, Shazaki et moi. On a besoin de gars dans ton genre. Les Forces de Frappes des Egouts réunissent une cinquantaine de types et de femmes. Hum. Des vieillards, des infirmes et des gosses... Hahaha... Et on apelle ça une armée... C'est triste... On a besoin de types comme toi Heizo. Et le gouvernement non. Tu es dans la même misère que nous maintenant. En plus tu as tué Shikugya, ils vont t'en vouloir... On est pas aussi ingrats qu'eux tu sais... Aide nous Heizo..."

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heizo
Milicien du forum
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 38
Localisation : Somewhere beyond the sea
Classe sociale : She's there watchin for me If I could fly like birds on high Then straight to her arms I'd go sailin
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: Dégoût   Jeu 2 Nov - 12:01

Heizo rêvait.

Il se revoyait dans sa maison d'enfance, jouant dans le jardin avec ses petits camarades... Hop! Hop! Le ballon! Il était doué pour le rattraper. C'était son jeu favori. Lorsqu'il était fatigué, il s'allongeait en étoile dans l'herbe, et attendait qu'une douce brise vienne le bercer. De temps à autre, des petites fleurs venaient chatouiller son visage, de jolies petites fleurs chatoyantes et parfumées. Très vite, des papillons venaient se poser sur lui, dans l'espoir de pouvoir trouver un peu de nectar et de quiétude. Ils battaient doucement des ailes et voletaient, ça et là. L'un d'eux venait se poser sur son épaule, doucement.

Oh! Un garrot! disait-il d'une voix enfantine.

Il est mal fait ton garrot! commentait-il.

Il est mal fait ton garrot! Il est mal fait ton garrot! Il est mal fait ton garrot! Il est mal fait ton garrot! Il est mal fait ton garrot!

"...Gnheiiin...quoi... qu'est-ce qu'il a mon g..." Heizo ouvrit les yeux, et poussa un hurlement. Une petite fille était penchée sur lui, ses yeux globuleux le dévisageant. Derrière elle, trois types à l'allure bizarre le regardaient aussi.

"Vous êtes qui vous??" demanda Heizo d'une voix faible. Sa tête lui tournait. Il était faible, et toute l'eau qu'il avait avalée la veille n'avait rien arrangé. Le plus vieux des trois hommes commença à parler.
Mais c'était un charabia indescriptible qui parvenait aux oreilles du tueur. Des gouttes de sueur perlaient de son front. Le fièvre montait, atteignait le pic et ne voulait plus redescendre.

N'entendant plus personne parler autour de lui, il essaya un "Gnnnallez tous vous faire f..." et s'évanouit.
Solennellement, le vieillard courbé claqua des doigts. Aussitôt, ses deux acolytes attrapèrent Heizo apr les bras et les jambes, puis, tous ensemble, ils disparurent dans l'ombre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Dégoût   Jeu 2 Nov - 16:29

Le viellard guidait sans peine ses camarades dans le sombre dédale des égouts. Il leva la main et s'enfonça dans l'eau croupie. Ses hommes, portant toujours le tueur, le suivirent. Ils passèrent une porte située sous l'eau, puis traversèrent un sas et se retrouvèrent dans une petite salle, encombrée de vieilles armes, où se trouvaient une table et quatre paillasses, deux bancs, une chaise et une armoire. Les deux hommes posèrent Heizo sur une des paillasses, et sur un mot du vieillard la petite fille alla chercher des herbes médicinales dans le placard et confectionna rapidement une potion qu'elle fit ingurgiter au tueur, avant d'apposer un cataplasme sur son front. L'homme ouvrit péniblement les yeux. Le vieillard s'approcha de lui et lui parla doucement.
"D'ici une heure ou deux tu seras à nouveau en pleine forme. Isuzu est très douée, tu verras... Nous avons beosin de toi Heizo. Ne nous laisse pas tomber. De toutes façons ils voudrons te tuer. Nous avons beosin que tu nous aides..."

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atsu
Admin au poisson cru
avatar

Nombre de messages : 476
Age : 30
Localisation : Au dessus de son snowboard
Classe sociale : Miséreux célèbre !
Date d'inscription : 27/06/2006

MessageSujet: Re: Dégoût   Jeu 2 Nov - 22:30

Isuzu avait suivi ses ainés à petits pas, en observant attentivement les ballotements de la main du tueur. Elle pendait négligement et oscillait au rythme du pas de Torona et Shazaki. La petite fille fronça les sourcils.

Ils arrivèrent tous dans le QG de la 16ème Force de Frappe et d'un regard, le vieil homme lui demanda de s'occuper du tueur. La fillette se précipita vers l'amoire à pharmacie et composa rapidement un onguent et un remède. Elle s'atela à faire boire Heizo et lui étala une bonne couche de pomade sur le front. Elle la recouvra d'une bande de tissu aussi propre que possible, fabriquant comme ça un cataplasme de fortune.
Puis Isuzu recula de quelques pas et jeta un regard inquiet au tueur.

Heizo rouvrit les yeux.

La fillette s'approcha de lui et tira sur son doigt en murmurant :

"Dis, tu vas pas mourir, hein ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://any-snow-numbers.actifforum.com
Heizo
Milicien du forum
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 38
Localisation : Somewhere beyond the sea
Classe sociale : She's there watchin for me If I could fly like birds on high Then straight to her arms I'd go sailin
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: Dégoût   Ven 3 Nov - 1:05

Heizo rêvait à nouveau.

A nouveau, il rejouait dans le parc près de la maison de ses parents. L'arc-en-ciel les surplombait, les feuilles dansaient, les papillons voletaient. Ses parents lui manquaient, il allait rentrer et prendre le goûter. Il prenait gaiement la direction de la chaûme familiale, et croisait un homme, un homme jeune, dont le visage ne lui semblait pas inconnu... Absolument pas... Et pourtant, impossible de l'identifier distinctement... Lorsqu'il ouvrait la porte, ses parents étaient morts.

* ! *

"Dis, tu vas pas mourir, hein ?"

Le papillon-infirmière était à nouveau devant lui. Heizo cligna des yeux et lui sourit.

"Ce n'est pas trop dans mes habitudes, non..."

Le vieil homme derrière eux s'approcha doucement.

"D'ici une heure ou deux tu seras à nouveau en pleine forme. Isuzu est très douée, tu verras... Nous avons besoin de toi Heizo. Ne nous laisse pas tomber. De toutes façons ils voudront te tuer. Nous avons besoin que tu nous aides..."

"Mais vous aider à quoi, au juste???" La tête d'Heizo lui tournait encore un peu. Son état s'améliorait très lentement, mais la fièvre était déjà tombée, ce qui lui redonnait les idées plus claires.

"Faire tomber le régime, Heizo, faire tomber le régime... Avec ton soutien, nous obtiendrions la force qu'il nous manque pour mener à bien nos actions de par la région... ! Le peuple a assez souffert, il est temps qu'il resurgisse et reprenne le pouvoir ! Comprends-tu?"
Les trois hommes étaient armés jusqu'aux dents et lui était allongé sur des draps miteux avec un cataplasme sur la tête, et sans le moindre canif à portée de main. Il ne pouvait que comprendre.
"...J'ai des comptes à régler avec le gouvernement, de surcroît..."
Il détourna soudainement ses yeux de ceux d'Heizo et blemît quelque peu, avant de reprendre.
"Ton potentiel est gigantesque, Heizo, mais il n'est actuellement pas utilisé à bon escient... Tu peux le rendre utile, tu peux le retourner contre ceux qui d'ordinaire le menaient à leurs fins...Joins-toi à nous, nous avons tous besoin de toi..."
Avec le ton suppliant du vieillard et les yeux de chien battu du papillon-infirmière, il lui semblait que son interlocuteur ne lui donnait pas énormément le choix...

...En réalité, il n'en avait pas. Il n'allait pas faire long feu s'il refusait l'offre, en dépit de la sympathie que s'efforçait de montrer le vieil homme. Et à bien y réfléchir, accepter pouvait aussi lui permettre de sortir de ces égoûts avec une protection et une convalescence qu'il n'aurait pas eu en temps normal. Il pouvait toujours se débarasser d'eux ensuite.

"Vous m'avez convaincu. J'accepte." annonça faussement Heizo. "On commence quand?"

Le vieillard jubila. La petite fille lui sauta dans les bras.



EDIT DU TIGRE : hum hum... Le vieux chef de la 16ème force de frappe des égouts n'a pas spécialement de comptes à régler avec le gouvernement, il rêve juste d'un monde moins cruel. COmme je suis désolé de te rectifier, je te fais une une grosse léchouille sur la joue droite ^^.

EDIT DE MOI: Nan mais j'ai une petite idée derrière la tête (rien de bien méchant =D ), une idée liée avec la jeunesse d'Heizo. (Oh oui! Encore une léchouille sur la joue droite! J'vais la faire à la Jésus : je vais tendre l'autre XD )


Dernière édition par le Ven 3 Nov - 20:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Dégoût   Ven 3 Nov - 17:50

Une ombre passa cependant sur le visage du vieil homme.
"Heizo, je pense que tu n'es pas sincère. Tu ne comptes pas franchement nous aider, tu veux juste sortir d'ici."
Le colosse s'approcha, ses traits plus sombres qu'auparavant.
"Non Torona. Heizo, si tu veux juste sortir d'ici, nous te guiderons jusqu'au dehors dès que tu seras guéri, en veillant à ce qu'il ne t'arrive rien d'ici là. Sur notre territoire, ne meurent que ceux que je veux voir mourir. Et je ne veux pas te voir mourir. Tu n'es pas obligé d'accepter. Si tu veux sortir, une fois dehors je te rendrai même ton arme. Mais si tu acceptes uniquement pour qu'on t'aide à sortir, c'est pas nécessaire."
Il s'accroupit au chevet du tueur et planta profondément son regard dans le sien.
"Nous avons besoin que tu nous aides, pas que tu tentes de nous utiliser pour sortir des égouts vivant. Et nous avons besoin que tu soies sincère. Tu comprends Heizo ?"

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heizo
Milicien du forum
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 38
Localisation : Somewhere beyond the sea
Classe sociale : She's there watchin for me If I could fly like birds on high Then straight to her arms I'd go sailin
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: Dégoût   Ven 3 Nov - 20:37

*Il bluffe.*

Heizo avait déjà eu vent des méthodes peu catholiques de cette 16è Force de Frappe, malgré leurs bonnes intentions. Sûr quil allait l'escorter à la sortie, et sûr qu'il allait lui rendre son arme: à peine à l'air libre, ils allaient le démonter avec son propre Kar, et allaient ensuite laisser son cadavre muni de son arme aux charognards de toutes espèces, humaine comme animale.
Non, ce qu'ils racontaient là était certainement un petit speech, une petite mise en scène qu'ils accomplissaient par rituel à chaque entrée de nouveau membre, histoire d'essayer d'instaurer une simili-confiance et un erzats de sentiment de liberté pour ceux qui s'y laissaient piéger. Et Heizo n'était pas de ces naïfs-là. Il avait du métier. Il avait longtemps fricoté avec les vicieux de cette espèce pour être capable de les repérer facilement.
Et puis, s'il s'appropriait leur confiance, cela pouvait être bénéfique. En donnant l'impression d'être à 100% de leur côté, il pouvait obtenir un soutien prompt à son rétablissement (Dieu! que son épaule lui faisait serrer les dents!) et à l'acheminement du dessein qui naissait en lui.

"Non non non ne jouez pas à ça avec moi! Je viens avec vous, et pas uniquement pour sortir d'ici! Je vous assure!" répondit-il, faussement indigné.

Les colosses échangèrent discrètement un sourire qui n'échappa pourtant pas au tueur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Dégoût   Sam 4 Nov - 2:20

Le viellard se pencha sur Heizo.
"Me prends pas pour un con gamin. Je sais ce que le gouvernement fait courir comme saletés de rumeurs sur nous. Je sais ce que tu penses. Mais c'est faux. Tu n'a aucune intention de nous rejoindre, ça saute aux yeux."
Il claqua des doigts, et le colosse nommé Torona tendit son fusil a Heizo.
Les trois hommes de la seizième Force de Frappe des Egouts jetèrent toutes leurs armes sur le sol.
"Et maintenant on va te ramener dehors, le temps qu'on arrive les traitements d'Isuzu t'auront remis sur pied. Tu peux nous massacrer, un vieillard, une gamine, un infirme et un homme, sans armes. Ou alors tu peux sortir et disparaître, et nous laisser en vie, comme un type avec un minimum d'honneur. Ou alors tu peux changer d'avis et te ranger dans notre camp, comme un type qui ferait objectivement le point sur sa situation."
Un sourire plissa les lèvres du vieil homme et révéla ses dents jaunies par le tabac de mauvaise qualité qu'il faisait pousser dans les égouts et fumait en ce momment même.
"On est un peu au courant de ce qui se passe dehors. Tous les Fils des Astres ne sont pas à la poursuite du Tigre... Si tu sors ils risquent fort de t'envoyer le Serpent, tu vois ? Tu crois que tu seras de taille ? Enfin, c'est toi qui choisis, tu seras guéri en tous cas."
Son sourire s'élargit encore un peu.
"Nous on a rempli notre part du contrat. Nous sommes des hommes d'honneur."

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heizo
Milicien du forum
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 38
Localisation : Somewhere beyond the sea
Classe sociale : She's there watchin for me If I could fly like birds on high Then straight to her arms I'd go sailin
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: Dégoût   Sam 11 Nov - 0:17

*Bon sang, il se finit quand, son speech???*

La réputation du 16è Régiment n'était plus à faire, ils devaient vraiment le prendre pour un ermite qui avait vécu dans une cave d'immeuble depuis 1950, nourri par les araignées et ses amis les cartons magiques (ou alors pour un abruti profond -ça marche aussi-) pour lui faire gober ça. Lorsqu'ils préparaient un attentat, ces extrémistes ne se prenaient jamais la tête sur la question des innocents. La destruction complète d'un hôpital public avec pour unique justification la présence d'un agent de l'Etat ne faisait que renforcer l'idée. 230, dont environ une centaine d'enfants. Certes, Heizo avait déjà refroidi bien plus de personnes, mais d'une part, c'était son métier, d'autre part, il ne touchait jamais à un enfant. C'était la condition qu'il imposait lui-même dans un contrat. La violence avait ses limites, arrivé sous l'âge de la majorité.

Alors que ces bonhommes ne viennent pas discuter d'honneur avec lui.

Sans mot dire, il se leva. La petite Isuzu lui tenant toujours la main, il quitta la pièce, suivi de près par les deux brutes épaisses et précédé du vieillard. Ils traversèrent de part en part les égoûts, l'homme mûr servant de guide. Heizo était très troublé par la petite fille. Elle s'était attachée à lui comme d'un grand frère, lui serrant intensément le bout des doigts, l'autre main occupée à maintenir sa petite poupée de tissu. De temps à autre il la regardait, et ce coup d'oeil furtif s'accompagnait à chaque fois d'un violent mal au coeur. *Faut que j'me calme, je vais finir par m'attacher à elle si ça continue* pensait-il toujours.
Après une bonne demi-heure de marche, ils parvinrent à l'embouchûre du tunnel. La vive lumière se réfléchissant sur la brillante neige lui piqua violemment les yeux. Il était soulagé, libre.

*!* Il sentit une des deux brutes faire un geste discret à l'autre. Compétence d'un bon tueur: percevoir ce qui ne peut pas être perçu. Ca aide toujours. Enfin là ça l'aide pas, parce que ça sent mauvais pour lui. Immédiatement, il se pencha sur Isuzu:

"Dis-moi, papillon, tu veux faire un jeu avec moi? (elle acquieça gaiement) Tu cours jusque derrière le rocher là-bas, tu fermes les yeux, tu te bouches les oreilles et tu comptes jusqu'à 800, ça marche?"

"Oh ouuuuuiiiiiiiiiiiiiiiiiiii"

A peine partie, il sortit son couteau et fit volte-face. Immédiatement, les deux brutes dégainèrent toute leur argenterie et s'arrachèrent les vêtements (c'est trop claaasse). L'un avait deux fins glaives tranchants accrochés aux poignets, l'autre deux lames croisées dans chaque main. Ils se jetèrent tous deux sur lui.
Sous le poids de ses assaillants, il s'effondra au sol, une lame s'enfonçant à deux centimètres de sa tête. Envoyant un modeste pied-bouche à l'un, il se concentra sur celui qui lui martelait la tête de coups de poings. Il s'acharnait, le bougre. Et souriait en plus. Qu'importe, il fut rapidement expédié. Mais à peine qu'il en envoyait voler un pour qu'un autre se rejette sur lui et recommence le même scénario. Il fallait faire autrement.

Si un moustique t'importune, ne le tue pas, évite-le...
Son père adoptif était toujours présent en lui. Son enseignement n'avait jamais été oublié.

'Ssssshlak' Un couteau venait de lui oter son chapeau pour aller l'accrocher à un arbre. Les guerriers ragaient. Heizo évitait, parsemant ses esquives de précis coup de poing ou de coude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Dégoût   Lun 13 Nov - 0:13

Soudain Heizo ouvrit les yeux, les cligna, hésita. Il était en nage. Il était toujours dans les égouts. Le vieillard se pencha sur lui. La brute et l'infirme le regardait avec un air d'incompréhension.

"On dirait que tu délires complètement. Je crois que je ne vais pas te rendre ton arme maintenant tout compte fait. Isuzu va s'occupper de toi encore un peu. Je crains fort que l'homme qui t'a attaqué n'ai recouvert ses balles de Lotus Noir, c'est un poison très violent. Torona va sortir chercher ce qu'il te faut. Puis Isuzu te soigneras. En attendant tu seras sous la protection d'un vieillard d'une gamine et d'un infirme. Hi hi... Je pense que si tu décides vraiment de nous tuer, seul ton honneur pourrait t'en empêcher. Tu sais, on a besoin de types comme toi. Depuis toutes ces années, on attend qu'une seule chose : passer à l'action. Hé hé hé... Et oui, sept ans que la Seixième Force de Frappe des Egouts existe, et nous avons pas commis un seul attentat... Oh bien, sûr, ce n'est pas ce que pense l'oppinion publique... Mais le gouvernement fait sauter ses propres bâtiments, et accuse les Forces de Frappe sous prétexte qu'une bouche d'égout est proche... Alors bien sûr, nous on est bien obligés de supporter cette réputation ignoble qu'ils nous font, si on proteste ils nous repèrent... C'est pour ça que tu dois nous aider. Pour que ça change. Pour faire quelque chose. Je t'emmerdes hein ? Ben parle. Parce que le Lotus Noir c'est ça. Si tu fermes ta gueule, et que t'entends personne te parler, tu sombres dans des délires tellement réalistes et absurdes à la fois qu'à la fin tu finis par te déchirer la peau tout seul. C'est le gouvernement qui a mis ça au point. Original comme arme hein ? Tu ne me crois pas, pas vrai ? Si tu veux j'arrête de parler, tu verras..."

Le vieil homme se tut, et l'instant d'après Heizo replongea dans ses cauchemars, ils se voyait à nouveau assailli par deux colosses monstrueux vêtu des uniformes de la Seizième Force de Fappe, avec la voix de la gamine qui résonnait dans son esprit :
"256... 257... 258... 259..."

"Tu vois, je ne te mens pas..."
Heizo rouvrit brutalement les yeux dans les égouts, toujours haletant, toujours transpirant. La petite fille s'affairait à confectionner diverses potions, l'infirme difforme et maigre sirotait une infusiuon, et le vieillard l'assomait d'un flot continuel de parole.
"Tu peux parler aussi tu sais. Tu as l'impression que t n'en es pas capable, mais c'est faux. Tu ne peux pas bouger. Mais parler oui. N'hésite pas. Tu peux m'interrompre quand tu veux."



HS : c'est des gentils Heizo, gentils... Pas méchant... Gentils...

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heizo
Milicien du forum
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 38
Localisation : Somewhere beyond the sea
Classe sociale : She's there watchin for me If I could fly like birds on high Then straight to her arms I'd go sailin
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: Dégoût   Lun 13 Nov - 23:39

Heizo essayait de lutter. Il faisait des efforts incroyables pour parler, pour répondre à ce vieil homme, pour lui dire "Va te faire f*utre salaud, c'est une machination, c'est vous qui m'avez injecté ce foutu poison, bon dieu, et maintenant cette peau qui me démange, raaah gratter gnnnnn tous vous buter bordel", mais il n'y parvenait pas. Il lui suffisait de fermer les yeux pour plonger dans une folie profonde, où il coupait des bras, où de puissantes lames lui déchiraient la poitrine de part en part, lui brûlant les entrailles lentement, lui arrachant violemment les veines et lui amenant du sang, du doux sang à l'odeur de Lotus dans la bouche.

"456, 457, 458, 459, ..."

"P...p...pitié... aidez-moi..."

"Ecoute-moi, Heizo, écoute-moi bien, concentre-toi sur ma voix! Ne te laisse pas emporter par cette maladie, tu as les moyens de la combattre, c'est à toi de les trouver, c'est à toi de savoir t'en servir ! Les potions que te donne Isuzu protègeront ton corps matériel, mais jamais ton esprit... Si tu ne réagis pas toi-même dès maintenant, si tu n'enclenches pas le processus, si tu ne libères pas par toi-même le sérum psychique, il sera bientôt trop tard... Le Lotus Noir est un poison vicieux, très vicieux, il peut griller des millions et des millions de neurones à la seconde s'il n'est pas bien stoppé à temps... Regarde au fond de toi, Heizo... Cherche là où se trouve le mal, et détruis-en la source !"

"621, 622, 623, 624, 625, ..."

Heizo replongea. Il était à nouveau face aux deux énergumènes. Leurs yeux étaient d'un rouge feu, un profond rouge luisant et perçant, de la même couleur que leurs lames tranchantes, dégoulinantes d'un sang vermeil, tachant doucement le sol de petits points. Ils n'avaient plus de peau. Leur corps n'étaient plus que de sombres masses brumeuses et impénétrables. La source du mal, c'était eux.

"718, 719, 720, 721..."

"Diantre, la fièvre continue de monter..."

Heizo ramassa l'une des lames tombées au sol. Il sentait la chaleur du métal lui réchauffer le visage. Jetant un bref coup d'oeil à ses adversaires, il s'appuya sur son pied gauche et s'élança sur eux.

Les épées s'entrechoquèrent violemment. A chaque fois qu'elles se croisaient, les combattants étaient expulsés en arrière, expulsés comme par une force immuable qui empêchait les deux lames de se toucher.

*Vaincre le mal. Être rapide.*

Il réempoigna son épée, et fonça sur la brume. Avant que son ennemi ne lui coupe la gorge, il plongea et lui enfonça le sabre dans la cuisse.
Une horrible, insupportable, impénétrable douleur le traversa soudainement de part en part. Que s'était-il passé?? L'autre avait du sûrement le frapper quelque part.
"947, 948, 949, ..."
Hors de lui-même, presque animal, il fonça sur le lâche, et sans aucune forme de procès, fit pénétrer le plus profondément possible le fer au coeur du brouillard démoniaque qui se tenait devant lui.
La réponse à l'acte ne se fit pas attendre.
Un mal, encore plus profond, encore plus violent prit possession de lui.

Agenouillé au sol, tordu de douleur, il comprit.
"Cherche là où se trouve le mal..."
"997, 998, 999..."

Mû par une énergie nouvelle, Heizo serra fermement son épée, et se l'enfonça dans la poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Dégoût   Mar 14 Nov - 20:51

"1000 !"

Heizo se releva brusquement, et cracha un épais flot de sang bleu sombre et bouillonant. Le vieil homme sourit doucement.

"Tu as trouvé. Tu as pu expulsé le Lotus. Tu dois commencer à y voir plus clair, n'est-ce pas ? Hummmm... Tu crois toujours que nous sommes à l'origine de ça ? Si nous te voulions du mal, tu crois qu'Isuzu t'aurait maintenu en vie le temps que tu rejettes le poison ? Tu crois que nous n'aurions pas pu te tuer pendant ton délire ? Ou simplement te laisser t'éccorcher vif ? Non-non ! Ne bouge surtout pas... Ce n'est pas parce que ton organisme ne contient plus de Lotus Noir que tu es guéri... Alonge toi."

Heizo hésita.

"Nom de dieu ! Tu ne voudrais pas comprendre ? Ca nous faciliterait la tâche ! Si on te voulait du mal tu serais mort ! Tu serais déjà mort au moins dix fois ! Tu ne voudrais pas t'en rendre compte ? Notre intérêt est de te sauver pour que tu nous rejoignes. Si une fois complètement guéri -d'ici trois jours- tu refuses toujours de nous aider, notre devoir sera de te ramener dehors. Question d'honneur. Ce que j'aimerais, c'est que tu oublies les rumeurs immondes que ces fumiers du gouvernement font circuler sur nous. Un seul coup d'éclat nous intéresse, et ce sera notre seul attentat. Mais on a besoin d'un tireur d'élite. Nous voulons une balle entre les deux yeux du président.Nous nous préparons depuis toujours à protéger celui qui la tirera. Tu es le meilleur et le plus susceptible de nous aider que nous ayons pu repérer. Voilà. J'ai joué carte sur table avec toi. Dans trois jours tu pourras nous tuer tous les quatre, tu pourras noous dénoncer, tu pourras nous oublier, tu pourras nous rejoindre, mais en attendant bon sang, allonge toi si tu ne veux pas que les vapeurs du Lotus qui ne te quitteront plus jamais ne se condense et ne te réinjecte le poison à plus forte dose !"

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Heizo
Milicien du forum
avatar

Nombre de messages : 167
Age : 38
Localisation : Somewhere beyond the sea
Classe sociale : She's there watchin for me If I could fly like birds on high Then straight to her arms I'd go sailin
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: Dégoût   Sam 18 Nov - 16:05

Heizo se sentit mieux ensuite, à part peut-être une légère douleur au ventre qu'il ressentait.
Allongé sur la paillasse et continuellement épongé par Isuzu, il écoutait vaguement le vieillard.
Ce dernier venait de lui proposait l'idée qui avait-elle même germé dans la tête du tueur, lors de son combat dans les égoûts.

Tuer le président... C'était une noble cause, oui, mais périlleuse à l'extrème... Il avait une vengeance à prendre... Le chef d'Etat essayait désormais de le tuer, avait sûrement lancé plusieurs patrouilles à sa recherche, et lui devait de l'argent...

"Mmmmh... C'est un beau combat auquel j'aimerais participer, mais je ne pense rien vous apporter de bon à vous... Vous êtes déjà recherchés comme Ennemis d'Etat, mais mon statut d'Ennemi Public N°2 ou 3 n'améliorera pas votre situation, vous savez. Le président a lancé une bonne partie de ses forces à ma poursuite, et c'est en goûtant à l'introduction que j'ai atterri ici... Et ils sont bien décidés à me faire manger la terre pour m'empêcher de révéler ce qu'ils m'ont dit."

"...Ce qu'ils vous ont dit?"

Heizo raconta en détail l'entretien qu'il avait eu avec l'Autorité. Il ne laissa rien de côté. A part peut-être le moyen d'acquisition du fusil...
Tous avaient écouté attentivement. Ils savaient ce que ces paroles à demi-prononcées signifiaient vraiment.
Comme à son habitude, dignement et solennellement, le vieil homme parla pour les autres.
"Merci, Heizo. Tes informations ne seront pas inutiles, loin de là. Et tu peux le constater par toi-même: le temps presse. Nous ne savons pas quand le feu vert sera donné à l'opération, mais il ne devrait pas tarder. Bientôt, ce que tu subis en ce moment-même se généralisera à la population entière, rebelles comme "passifs", si rien n'est fait pour l'empêcher.
"Nous, nous somme prêts. Prêts à agir et à m..."
Il se souvint de la présence de la petite orpheline et se retint de parler de la mort. "...Et à courir de grands risques s'il le faut, parce que notre peuple a besoin de nous, de toi, Heizo. Beaucoup te craignent, même au sein de l'armée, même si tu as un temps travaillé avec eux."
Le tueur se sentit mal à l'aise et honteux.
"Tout se sait, continua-t'il en souriant amicalement, tout se sait... As-tu conscience de l'espoir porté sur toi? Ne déçois pas ces gens, Heizo, ils ont suffisamment souffert comme ça..."
"Mais vous, hein? Prenez-vous conscience de ce que vous encourez en me suivant? Expliquez-moi pourquoi vous prendriez de si grands risques en m'accompagnant dans cette véritable folie furieuse et profondément suicidaire???"

"Parce que tu vaux tout ça, Heizo" dit-elle en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiger
Admin à rayures
avatar

Nombre de messages : 293
Age : 45
Localisation : Tokyo-siège gouvernemental
Classe sociale : ex eraser d'élite
Date d'inscription : 28/06/2006

MessageSujet: Re: Dégoût   Sam 18 Nov - 16:55

"Isuzu a raison. Tu es un grand tueur mais tu as d l'honneur. Au fond tu es un homme bon. Et si tu as prostitué tes idéaux au service des intérêts batârds du gouvernement, c'est parce que tu ne savais pas. Toute notre vie a eu pour seul but l'assaut du palais. Les trente Forces de Frappes des Egouts s'entraînent jour et nuit depuis des années pour être en mesure de protéger le tireur qui abattra le Président. Ce tireur c'est toi Heizo Itakui. L'Oracle l'a révélé. C'est pour ça que tu dois nous aiser. C'est là ton Destin. Dès que tu seras parfaitement remis nous réunirons les Forces de Frappe. Et nous passerons à l'action. Il y a une sortie juste devant le palais présidentiel. C'est celle que nous emprunterons. La répression de la résistence passive ne pourra pas se faire d'un coup. Nous avons un bon mois devant nous avant que tous ceux qui ne dénoncent pas les résistants soient exterminés. J'espère que tu seras guéri d'ici là."

_________________
*Euh... j'me sens un peu exposé, là...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dégoût   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dégoût
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Any Snow Numbers :: Partie RPG :: Le Japon :: Tokyo-Centre :: Les égouts de Tokyo-
Sauter vers: